Action Research Arm Test (ARAT)

But de l'outil

L’Action Research Arm Test (ARAT) est une mesure pour évaluer les changements spécifiques dans la fonction d’un membre chez des individus ayant subi une lésion cérébrale résultant en une hémiplégie (Lyle, 1981). Il évalue la capacité du client à manipuler des objets variés en terme de dimension, de poids et de forme et peut ainsi être considéré comme une mesure des limitations des activités spécifiques au membre supérieur (Platz, Pinkowski, Kim, di Bella, & Johnson, 2005).

Versions disponibles

L’ARAT a été développé par Ronald Lyle en 1981 en adaptant le Upper Extremity Function Test (UEFT) (Carroll, 1965). L’administration et la cotation du test UEFT ont été simplifiés, le temps d’administration du test a été raccourci et les items ont été regroupés sur l’échelle hiérarchique (Guttman Scale – Lang, Wagner, Dromerick, & Edwards, 2006). Vu le besoin d’instructions plus spécifiques et détaillées quant à la position du client, la cotation et l’administration, Yozbatiran, Der-Yeghiaian et Cramer (2008) ont proposé une approche standardisée de l’ARAT.

Caractéristiques de l'outil

Items:

L’ARAT consiste en 19 items regroupés en 4 sous-échelles : saisir, agripper, pincer et mouvement de motricité globale. Chaque sous-échelle constitue une échelle hiérarchique de Guttman, ce qui signifie que chaque item est donné en ordre croissant de difficulté. Dans l’ARAT, si le client réussi à compléter l’item le plus difficile de la sous-échelle, cela suggère qu’il réussira aux items plus faciles de cette même sous-échelle. De façon similaire, un échec à un item suggère que le client sera incapable de compléter les items plus difficiles de cette sous-échelle.

Selon les règles définies par Lyle (1981), le client doit d’abord tenter de compléter la tâche la plus difficile d’une sous-échelle. Si le score maximal (score = 3) est obtenu pour cette tâche, le score total maximal pour cette sous-échelle devrait être attribué, et l’évaluateur devrait passer à la sous-échelle suivante. Quand un client est incapable de compléter l’item le plus difficile (score = 0-2), l’item le plus facile de cette sous-échelle devrait être administré. Si le client échoue complètement (score = 0) lorsqu’il fait l’item le plus facile, les items intermédiaires ne doivent pas être évalués, la sous-échelle entière devrait obtenir la cote de zéro, et l’évaluateur devrait passer à la prochaine sous-échelle. Toutefois, si le client réussi à la tâche la plus facile, soit partiellement (score = 1 ou 2) ou complètement (score = 3), toute les autres tâches de cette sous-échelle devraient alors être évaluées avant de passer à la prochaine sous-échelle. En suivant ces règles, les items administrés varieront entre un minimum de 4 et un maximum de 19 (Van der Lee, Roorda, & Lankhorst, 2002).

L’ARAT doit être administré dans un cadre standardisé, considérant qu’une table et une chaise spécialement conçus sont requis (voir la section équipement pour plus d’information). Pour la position de départ, le client devrait être assis sur une chaise, avec un dossier ferme et sans appui-bras. Le tronc du client devrait être en contact avec le dossier de la chaise en tout temps pendant l’administration du test. Les instructions concernant la posture requise devraient être fournies au client avant le début du test. De plus, des rappels sur le maintien de la position devraient être donnés au client lorsque les conditions ne sont pas respectées. Les pieds du client devraient être en contact avec le sol tout au long du test (Van der Lee, DeGroot, Beckerman, Wagenaar, Lankhorst, & Bouter, 2001a; Yozbatiran et al., 2008). Les deux mains devraient être évaluées, en commençant par le membre sain ou le moins atteint, afin de pratiquer et enregistrer un résultat de base. Dans l’éventualité où le client est incapable de comprendre les instructions d’une tâche, l’évaluateur devrait démontrer la tâche et permettre au client de se pratiquer en guise d’essai (Yozbatiran et al., 2008). Pour faciliter le calcul du temps de chaque tâche, le client devrait commencer et terminer la tâche les paumes de mains vers le bas sur la table. Toutefois, pour les tâches de motricité globale, les mains du client devraient être placées en pronation sur leur cuisse. (Lyle, 1981; Yozbatiran et al., 2008). Pour les sous-échelles de saisi et de pince, le matériel d’évaluation est soulevé de 37 cm de la surface de la table au-dessus de la tablette. Dans la sous-échelle de saisi, le matériel d’évaluation est déplacé d’un côté à l’autre de la table. Finalement, dans la sous-échelle de motricité globale, le client doit placer la main évaluée derrière sa tête, au-dessus de sa tête, ou à sa bouche (Lyle, 1981; Hsieh, Hsueh, Chiang, & Lin, 1998; Hsueh, Lee, & Hsieh, 2002a). La séquence adéquate pour l’évaluation est 1) sous-échelle de saisir, 2) sous-échelle d’agripper, 3) sous-échelle de pincer et 4) sous-échelle de motricité globale (Lyle, 1981). L’ARAT vient avec de simples instructions pour guider la cotation et l’administration du test (Lyle, 1981).

 Cotation:

L’ARAT est coté sur une échelle ordinale à quatre niveaux (0-3) (Lyle, 1981).

  • 0 = ne peut réussir aucune partie du test,
  • 1 = réussi le test partiellement,
  • 2 = complète le test, mais nécessite un temps anormalement long,
  • 3 = réussi le test de façon normale

Pour faciliter la cotation, des temps limites ont été suggérés (Wagenaar, Meijer, Van Wierinen, Kuik, Hazenberg, Lindeboom, Wichers, & Rijswijk, 1990; Yozbatiran et al., 2008). En incluant les limites de temps aux définitions de cotation de Lyle, le nouveau système de cotation serait :

  • 0 = ne peut réussir aucune partie du test;
  • 1 = réussi le test partiellement;
  • 2 = complète le test, mais nécessite un temps anormalement long, variant de 5 à 60 secondes. Si le client prend plus de 60 secondes à réussir un item, l’évaluateur devrait interrompre après 60 secondes et un résultat de 1 est accordé pour cet item spécifique
  • 3 = réussi le test de façon normale en moins de 5 secondes.

Les résultats de sous-échelle varient selon le nombre d’items de chaque sous-échelle, comme suit :

Sous-échelle de l’ARAT

Nombre d’items par sous-échelle

Variation de score par sous-échelle

Saisir

6 items

Score 0-18

Agripper

4 items

Score 0-12

Pincer

6 items

Score 0-18

Motricité globale

3 items

Score 0-9

Le score total de l’ARAT varie de 0 à 57, un score bas indiquant que les mouvements ne peuvent être effectués, et un score haut indiquant une performance normale. Ainsi, un résultat haut indiquera une meilleure performance (Lang et al., 2006; Van der Lee et al., 2002). Les résultats à l’ARAT sont des mesures continues, sans coupure catégorique. Par conséquent, le résultat obtenu à l’ARAT ne permet pas de classifier le client dans des catégories tel que normal, moyennement limité ou sévèrement limité.

Temps d’administration requis:

Le temps requis pour compléter l’ARAT dépendra du nombre d’items administrés. Considérant la conception hiérarchique, l’ARAT a été conçu pour économiser du temps. Ainsi, pas plus de 7-10 minutes devraient être nécessaires pour évaluer un patient ayant subi un AVC (DeWeerdt, & Harrinson, 1985). Toutefois, si les 19 items doivent être accomplis, l’ARAT prend habituellement 20 minutes à administrer (Van der Lee et al., 2002). Dans une étude de Hsieh et collègues (1998), l’ARAT a pris, en moyenne, 8 minutes à administrer aux clients ayant un AVC.

Sous-échelles:

L’ARAT est divisé en quatre sous-échelles : Saisir; Agripper; Pincer et Motricité Globale.Les sous-échelles de saisir et pincer ont 6 items chacun, la sous-échelle d’agripper a 4 items et celle de motricité globale en a 3(Lyle, 1981)

Équipement:

De l’équipement standardisé est requis pour administrer l’ARAT. Il peut être commandé seulement via des représentants des Pays-Bas. Le coût moyen pour ces équipements est d’environ 850 Euros (1200$ CAD) avec un frais de livraison de 179 Euros (252$ CAD).

L’ensemble complet de l’ARAT consiste en :

  • Une table spécialement conçue de 92 cm x 45 cm x 83 cm de hauteur, avec une tablette de 93 cm x 10 cm, positionnée à 37 cm au-dessus de la surface de la table (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Une chaise avec dossier et sans appui-bras, qui devrait s’élever à 44cm au-dessus du niveau du sol (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Des blocs de bois de 2.5, 5, 7.5 et 10cm³ (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Une balle de cricket de 7.5 cm de diamètre (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Deux tubes d’alliage : le premier de 2.25 cm de diamètre x 11.5cm de long, le deuxième de 1.0 cm de diamètre x 16 cm de long (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Une rondelle et un boulon ; qui est un type de vis avec son ancre (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Deux verres (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Une bille de 1.5 cm de diamètre (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Une bille de 6 mm de diamètre (Lyle, 1981; Hsueh et al., 2002a).
  • Un chronomètre (Wagenaar et al., 1990; Yozbatiran et al., 2008)
  • Papier et crayon pour l’évaluateur.

Formation:

Aucune typiquement rapportée.

Versions alternatives de l'Action Research Arm Test
Aucune.

Clientèle cible

Peut être utilisé avec:

  • L’ARAT a été construit pour l’évaluation de la récupération de la fonction du membre supérieur suite à un dommage cérébral (Lyle, 1981).
  • Clients ayant subi un AVC.

Ne devrait pas être utilisé :

Lors de l’administration de l’ARAT avec des clients ayant une amputation de doigt, la sous-échelle de pince devrait être coté à 0 ainsi que toutes les tâches nécessitant le mouvement d’un membre amputé (Yozbatiran et al., 2008).

Dans quelles langues l'outil est-il disponible ?

Il n’y a aucune traduction officielle de l’ARAT.

Néanmoins, certaines publications évaluées par les pairs des Pays-Bas et de Taiwan ont utilisé l’ARAT comme mesure des résultats, ce qui peut indiquer que les instructions ont été traduites formellement dans d’autres langues (Hsieh et al., 1998; Hsueh et al., 2002a; Van der Lee et al., 2002).