Échelle de coma de Glasgow (Glasgow Coma Scale – GCS)

But de la mesure

L’Échelle de coma de Glasgow (Glasgow Coma Scale – GCS) a été développée pour décrire la profondeur et la durée d’un trouble de conscience ou d’un coma. Dans cette mesure, trois aspects de comportements sont mesurés indépendamment : la réponse motrice, la réponse verbale et l’ouverture des yeux. La GCS peut être utilisée avec des individus avec des traumatismes crâniens, des AVC, des comas non traumatiques, des arrêts cardiaques et des ingestions toxiques.

Versions disponibles

La GCS a été publiée en 1974 par Graham Teasdale et Bryan J. Jennett. En 1976, Teasdale et Jennett ont établi une distinction entre une flexion « normale » et une flexion « anormale », ce qui a augmenté l’item de la « meilleure réponse motrice » par un point.

Caractéristiques de la mesure

Items:
La GCS est constituée de trois composantes : 1) la meilleure réponse oculaire, qui est censée indiquer si les mécanismes d’excitation du tronc cérébral sont actifs ; 2) la meilleure réponse verbale, qui est censée être la définition la plus courante de la fin du coma ou de la reprise de conscience ; et 3) la meilleure réponse motrice, que l’on pense être associée avec le fonctionnement du système nerveux central. Chaque composante a un nombre de grades commençant avec le plus sévère. La meilleure réponse oculaire a 4 grades ; la meilleure réponse verbale a 5 grades ; la meilleure réponse motrice a 6 grades.

Meilleure réponse oculaire (E)

  1. Aucune ouverture des yeux.
  2. Ouverture des yeux en réponse à la douleur (le patient répond à une pression sur son ongle; si cela ne déclenche pas une réponse, une pression supra-orbitaire, une pression au sternum ou un massage peut être utilisé).
  3. Ouverture des yeux en réaction à la parole (à ne pas confondre avec le réveil d’une personne endormie; ces patients reçoivent un score de 4, et non de 3).
  4. Ouverture des yeux spontanée.

Meilleure réponse verbale (V)

  1. Aucune réponse verbale.
  2. Sons incompréhensibles (des gémissements, mais aucun mot).
  3. Parole inappropriée (discours articulé aléatoire ou exclamatif, mais il n’y a aucun échange de conversations).
  4. Réponse confuse (le patient répond aux réponses de façon cohérente, mais il y a une certaine désorientation et une confusion).
  5. Réponse orientée (le patient répond de façon cohérente et appropriée aux questions, telles que son nom et son âge, l’endroit où il est et pourquoi il y est, l’année, le mois, etc.).

Meilleure réponse motrice (M)

  1. Aucune réponse motrice.
  2. Extension réflexe à la douleur (réponse décérébrée : adduction et extension rigide du bras, jambes étendues de façon rigide, orteils dirigés vers le bas, courbure de la tête vers l’arrière, poignets en pronation et doigts fléchis).
  3. Flexion réflexe à la douleur (réponse de décortication : bras fléchis ou pliés vers l’intérieur sur le torse, les mains sont serrées en poings et les jambes sont étendues).
  4. Évitement de la douleur (éloigne la partie du corps lorsqu’elle est pincée; flexion normale).
  5. Localise la douleur (mouvements intentionnels vers le changement de stimuli douloureux; par ex., la main traverse la ligne médiane et dépasse la clavicule lorsqu’une pression supra-orbitaire est appliquée).
  6. Obéis aux instructions (le patient effectue des choses simples telles que demandées).

Cotation :
Dans la GCS, le score de chaque composante ainsi que la somme des composantes sont considérés. Le score total est sur 15 points ; les plus bas scores indiquant une altération plus sévère. Le plus bas score possible à la GCS est de 3, indiquant un coma profond ou la mort, et le plus haut score possible est de 15, indiquant un individu complètement réveillé. Le score total de la GCS est calculé en additionnant E + V + M.

Le score est exprimé sous la forme GCS (score total) = score au E + score au V + score au M. Par exemple, GCS 9 = E2 + V4 + M3 indique un score total de 9, un score de 2 à la meilleure réponse oculaire (E), un score de 4 à la meilleure réponse verbale (V) et un score de 3 à la meilleure réponse motrice (M). Note : pour un patient qui est intubé, le V est exprimé par V intubé.

L’interprétation du score total de la GCS est la suivante :

  • Traumatisme crânien léger = 13-15
  • Traumatisme crânien modéré = 9-12
  • Traumatisme crânien sévère (coma) = 8 ou moins

Durée :
N’est pas documentée.

Sous-échelles :
La GCS a trois sous-échelles : la meilleure réponse oculaire, la meilleure réponse motrice et la meilleure réponse verbale.

Équipement :
Seulement un crayon et le test sont nécessaires.

Formation :
Bien qu’aucune formation ne soit nécessaire pour administrer la GCS, une étude a examiné si la GCS peut être utilisée de manière fiable et précise par des examinateurs inexpérimentés et l’étude a relevé que le personnel médical expérimenté peut utiliser la mesure avec des niveaux extrêmement élevés de précision et de fidélité, mais les examinateurs inexpérimentés peuvent générer des erreurs significatives, en particulier dans les niveaux intermédiaires de conscience, lorsque la détection de changements neurologiques est essentielle à la surveillance du patient (Rowley & Fielding, 1991). Par conséquent, il est recommandé que l’examinateur inexpérimenté soit supervisé par un expert lorsqu’il complète la GCS.

Versions alternatives de la GCS

La GCS ne peut pas être utilisée avec les enfants, en particulier avant l’âge de 36 mois. Ceci est dû à la composante de la réponse verbale qui est susceptible d’être faible, même chez un enfant en santé. Ainsi, l’Échelle de coma pédiatrique de Glasgow (Pediatric Glasgow Coma Scale – Reilly, Simpson, Sprod & Thomas, 1988) a été développée comme une solution de remplacement à la GCS.

L’Échelle de coma pédiatrique de Glasgow peut être obtenue au site web suivant :

https://www.mdcalc.com/pediatric-glasgow-coma-scale-pgcs

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

Peut être utilisé avec :

La GCS peut être utilisée avec les clients ayant subi un AVC. Toutefois, la National Institutes of Health Stroke Scale (NIHSS), développée spécifiquement pour l’utilisation auprès de la population ayant subi des AVC, peut être une évaluation de la conscience plus utile pour cette population.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Les clients avec une dysphasie, une aphasie et les clients qui sont intubés auront un score réduit sur l’échelle de la réponse verbale, ce qui entraîne un score total GCS réduit, mais un niveau normal de conscience. Il convient d’en tenir compte lors de l’interprétation des résultats de la GCS chez ces individus. Bien qu’il ait été suggéré que le score verbal soit omis chez ces clients et qu’une GCS modifiée à 8 niveaux (3 à 10) soit utilisée (Prasad, 1996 ; Prasad & Menon, 1998), les résultats d’une étude plus approfondie ont suggéré que la sous-échelle verbale soit toujours incluse puisque cela ajoute d’importantes informations de pronostic (Weir, Bradford & Lees, 2003).
  • Chez les clients avec une hémiparésie, assurez-vous que l’échelle motrice est appliquée au bras le moins affecté pour que la « meilleure » réponse soit obtenue.
  • La GCS doit être administrée avant l’administration d’un sédatif ou d’un agent paralysant, ou après que ces drogues aient été métabolisées. Les voies respiratoires, la respiration et la circulation doivent être évaluées et stabilisées avant d’administrer la GCS.
Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

La GCS a été traduite en chinois et elle est disponible en ligne sur le site web suivant : http://www.coma.ulg.ac.be/medical/acute.html