Mini-Mental State Examination (MMSE)

But de la mesure

Le Mini-Mental State Examination (MMSE) a initialement été développé comme un bref outil de dépistage pour fournir une évaluation quantitative des troubles cognitifs et pour consigner les changements cognitifs dans le temps (Folstein, Folstein & McHugh, 1975). Depuis lors, il est maintenant reconnu que l’utilisation répétée du MMSE avec le même client réduit sa validité et il est donc conseillé que cet outil de dépistage ne soit pas utilisé de façon répétitive avec le même individu si l’intervalle de temps entre les tests est bref. Plutôt que de fournir un diagnostic, la mesure devrait être utilisée pour détecter la présence de troubles cognitifs (Folstein, Robins & Helzer, 1983). Le MMSE mesure brièvement les capacités d’orientation dans le temps et l’espace, de rappel immédiat, de mémoire verbale à court terme, de calcul, de langage et de praxies constructives. Alors que la mesure était initialement utilisée pour détecter la démence dans un contexte psychiatrique, son utilisation est maintenant généralisée. Depuis 1993, le MMSE est disponible avec un tableau en annexe qui permet que des normes spécifiques au patient soient identifiées en fonction de l’âge et du niveau d’éducation (Crum, Anthony, Bassett, & Folstein, 1993).

Versions disponibles

Le MMSE a été publié par Folstein et al. en 1975.

Caractéristiques de la mesure

Items :
Le MMSE est constitué de 11 questions ou tâches simples qui évaluent diverses fonctions, incluant : l’arithmétique, la mémoire et l’orientation.

 Cotation :
Le score est le nombre d’items exacts. La mesure produit un score total de 30. Un score de 23 ou moins est la limite généralement acceptée indiquant la présence de troubles cognitifs (Ruchinskas & Curyto, 2003).

Les niveaux d’atteinte ont également été classifiés comme nul (24-30), léger (18-23) et sévère (0-17) (Tombaugh & McIntyre 1992).

Plus récemment, Folstein, Folstein, McHugh et Fanjiang (2001) ont recommandé les scores seuil suivants :

Score Niveau d’atteinte  
≥ 27 Nul
21-26 Léger
11-20 Modéré
≤ 10 Sévère

Crum et al. (1993) ont rapporté que la performance cognitive telle que mesurée par le MMSE varie dans la population selon l’âge et le niveau d’éducation. Il y a une relation inverse entre les scores au MMSE et l’âge, allant d’une médiane de 29 pour ceux âgés de 18 à 24 ans à 25 pour les individus de 80 ans et plus. Il y a également une relation inverse entre les scores au MMSE et l’éducation. Le score médian au MMSE est de 29 pour les individus avec au moins 9 années de scolarité, de 26 pour ceux avec 5 à 8 années de scolarité et de 22 pour ceux avec 0 à 4 années de scolarité.

Le tableau suivant, créé par Crum et al. (1993) peut être utilisé pour comparer le score de votre patient au MMSE avec un groupe de référence en fonction de l’âge et du niveau d’éducation.

(Source: Crum et al., 1993)

Âge
Éducation 20-24 25-29 30-34 35-39 40-44 45-49 50-54 55-59 60-64 65-69 70-74 75-79 80-84 >84
4e année 22 25 25 23 23 23 23 22 23 22 22 21 20 19
8e année 27 27 26 26 27 26 27 26 26 26 25 25 25 23
École secondaire 29 29 29 28 28 28 28 28 28 28 27 27 25 26
Collège 29 29 29 29 29 29 29 29 29 29 28 28 27 27

Sous-échelles :
Orientation (nombre total de points = 10), Apprentissage (nombre total de points = 3), Attention et calcul (nombre total de points = 5), Rappel (nombre total de points = 3) et Langage (nombre total de points = 9).

Équipements :
Le MMSE ne requiert pas d’équipement spécialisé.

Formation :
Peu d’informations ont été rapportées sur la formation pour le MMSE, toutefois, une version standardisée du MMSE a été développé (Molloy & Standish, 1997).

Durée :
L’administration par un interviewer formé prend environ 10 minute.

Versions alternatives du MMSE
      • Le Modified Mini-Mental State Examination (3MS) (Teng & Chui, 1987).
        Une version élargie du MMSE a été développée par Teng et Chui (1987) augmentant le contenu, le nombre et la difficulté des items inclus dans l’évaluation. Le score du 3MS varie de 0 à 100 avec un seuil standardisé de 78/90 pour la présence de troubles cognitifs. L’administration de cette évaluation élargie requiert environ 5 minutes de plus que le MMSE original, qui nécessite environ 10 minutes pour être complété. Grace et al. (1995) ont comparé le MMSE au 3MS auprès de patients gériatriques ayant subi un AVC. La fiabilité test-retest du 3MS s’est avéré excellente (r = 0,80). Le 3MS a également corrélé avec une batterie d’évaluations neuropsychologiques et avec certains domaines cognitifs absents dans le MMSE. Le 3MS s’est avéré être significativement un meilleur prédicteur du résultat fonctionnel que le MMSE (tel que mesuré par la  Mesure de l’Indépendance Fonctionnelle). Le 3MS s’est avéré avoir une sensibilité plus élevée que le MMSE (69% contre 44%) et une spécificité similaire (80% contre 79%). L’aire sous la courbe (AUC) du 3MS correspondait à 0,798.
      • 3MS + Dessin d’une horloge (Suhr & Grace, 1999).
        L’ajout du dessin d’une horloge, une simple mesure de la capacité constructive, a augmenté la sensibilité pour détecter les lésions cérébrales focales du 3MS chez les patients ayant subi un AVC au niveau de l’hémisphère droit (87%). L’ajout du Test de dessin d’horloge nécessite environ deux minutes supplémentaires dans le temps d’administration.
      • Standardized MMSE (SMMSE) (Molloy & Standish, 1997).
        Molloy et Standish (1997) ont développé le SMMSE pour améliorer la fiabilité de la mesure initile. L’idée était de développer des directives strictes pour l’administration et la notation. Pour examiner la fiabilité du SMMSE auprès de 48 personnes âgées, des étudiants d’université ont été assignés aléatoirement pour administrer le MMSE ou le SMMSE, et ont été formés sur ce test pour l’offrir aux participants à trois occasions différentes. Le SMMSE présente une fiabilité inter-juges et intra-juge significativement supérieure à celle du MMSE. La variance inter-juges a été réduite de 76% et la variance intra-juge a été réduite de 86%. Il a fallu moins de temps pour administrer le SMMSE en comparaison au MMSE (respectivement, moyenne de 10,5 minutes et 13,4 minutes). Les coefficients de corrélation intraclasse (CCI) pour le MMSE se sont avérés adequats  (CCI = 0,69) et excellents pour le SMMSE (ICC = 0,90).
      • Version téléphonique (ALFI-MMSE) (Roccaforte, Burke, Bayer & Wengel, 1992).
        Cette version inclut 22/30 des items du MMSE original, dont la majorité a été retirée de la dernière section (langage et motricité). Roccaforte et al. (1992) ont examiné la validité de l’ALFI-MMSE auprès de 100 patients gériatriques. Les corrélations entre la version téléphonique et la version en entrevue face à face du MMSE se sont avérés excellentes (r de Pearson = 0,85). Les patients avaient tendance à avoir un score légèrement plus élevé au test lorsqu’il était administré en personne comparativement qu’au téléphone. Une sensibilité de 67% (en utilisant un bref test de dépistage neurologique) et une spécificité de 100% ont été relevées auprès d’une population d’individus âgés vivant dans la communauté. Ces résultats étaient similaires à la sensibilité (68%) et à la spécificité (100%) relevées pour le dépistage avec le MMSE original.
      • Version de 26 items de l’ALFI-MMSE (T-MMSE) (Roccaforte et al. cité dans Newkirk, Kim, Thompson, Tinklenberg, Yesavage & Taylor, 2004).
        Le T-MMSE a été développé à partir de l’ALFI-MMSE. Il s’agit d’une adaptation de 26 points, contenant une commande en 3 étapes : « Dites bonjour, donnez un petit coup sur le micro du téléphone à 3 reprises, puis dites : « Je suis de retour » ». Il contient également une nouvelle question qui demande que le patient donne à l’interviewer un numéro de téléphone auquel ils peuvent généralement être joints. Le T-MMSE a obtenu une excellente corrélation avec le MMSE (r = 0,88). Ni la déficience auditive ou les années d’éducation n’ont été associées avec les scores au T-MMSE. Sur les 22 points communs entre les 2 échelles, les scores ont obtenu une excellente corrélation (r = 0,88), toutefois, les scores au téléphone ont tendance à être moins élevés que les scores en en entrevue face à face (Newkirk et al., 2004). Les auteurs fournissent des tables pour la conversion des scores au T-MMSE aux scores du MMSE.
Clientèle cible

Peut être utilisé avec :

Les patients ayant subi un AVC (Agrell & Dehlin, 2000; Ozdemir, Birtane, Tabatabaei, Ekuklu, Kokino & Siranus, 2001; Grace et al., 1995; Suhr & Grace, 1999).

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Le MMSE s’est avéré inefficace pour détecter les troubles cognitifs chez les patients avec un AVC au côté droit (Grace et al., 1995).
  • Le MMSE ne convient pas au recours à un proche aidant puisqu’il est administré par une observation directe lors d’exécution de tâches.
  • Puisque le MMSE dépend fortement du langage de l’individu, il est susceptible de classifier de façon erronée les patients présentant de l’aphasie.
  • Le MMSE a une capacité limitée de diagnostiquer la démence en médecine générale et devrait donc être utilisé comme un seul aspect du profil cognitif global d’un patient (Wind, Schellevis, van Staveren, Scholten, Jonker & van Eijk, 1997).
  • Le MMSE a été critiqué pour avoir tenté d’évaluer trop de fonctions par un test aussi bref. La performance d’un individu sur des items individuels, ou dans un seul domaine, peut être plus utile que l’interprétation d’un seul score global (Tombaugh & McIntyre, 1992). Toutefois, lorsqu’il est utilisé pour dépister des problèmes de mémoire visuelle ou verbale, ou des problèmes d’orientation ou d’attention, il n’est pas possible d’identifier des scores seuils acceptables (Blake, McKinney, Treece, Lee & Lincoln, 2002).
  • Il a été démontré que les scores au MMSE sont affectés par l’âge, le niveau d’éducation, l’origine ethnique et le contexte socioculturel (Tombaugh & McIntyre, 1992 ; Bleeker et al., 1988 ; Lorentz et al., 2002 ; Shadlen, Larson, Gibbons, McCormick & Teri, 1999). Ces variables peuvent introduire un biais menant à la classification erronée des individus. Par exemple, les individus très scolarisés qui ont une démence légère peuvent obtenir au MMSE un bon score situé dans la normale, car ils trouvent les questions faciles. De plus, les individus peu scolarisés peuvent avoir de faibles scores au MMSE simplement parce qu’ils trouvent les questions difficiles. Ainsi, le score qu’ils ont obtenu au MMSE pourrait indiquer un diagnostic de démence, alors qu’aucune démence n’est présente. Bien que ces biais ne soient pas toujours présents, Agrell et Dehlin (2000) ont constaté que l’âge et l’éducation n’avaient pas influencé les scores dans leur étude, une attention particulière à ces facteurs est justifiée lors de l’interprétation des résultats au MMSE.
  • Le MMSE s’est avéré avoir un manque au niveau du Clock Drawing Test (Suhr & Grace, 1999). Une autre solution qui a été proposée est d’administrer le Neurobehavorial Cognitive Status Examination (NCSE) au lieu du MMSE. Le NCSE est une mesure très sensible pour détecter les troubles cognitifs chez les patients avec des lésions cérébrales (Schwamm, Van Dyke, Kiernan, Merrin & Mueller, 1997).
  • Il a été démontré que le MMSE manque de sensibilité chez les patients ayant subi un AVC (Blake et al., 2002 ; Suhr et Grace, 1999 ; Nys et al., 2005). D’autres études ont noté de faibles niveaux de sensibilité chez les individus ayant une déficience cognitive légère (Tombaugh et McIntyre, 1992 ; de Koning et al., 1998), et chez les patients avec des lésions de l’hémisphère droit (Dick et al., 1984). Une solution potentielle pour augmenter la sensibilité du MMSE est l’ajout du Test de dessin d’horloge  (Suhr & Grace, 1999). Une autre solution qui a été proposée consiste à administrer le Neurobehavioral Cognitive Status Examination (NCSE) au lieu du MMSE. Le NCSE est une mesure très sensible pour détecter la déficience cognitive chez les patients présentant des lésions cérébrales (Schwamm, Van Dyke, Kiernan, Merrin et Mueller, 1997).
  • Da Costa et al. (2010) ont étudié l’évolution cognitive et la gravité clinique de patients analphabètes et scolarisés ayant subi un AVC au cours d’un suivi de 6 mois, en utilisant respectivement le MMSE et la National Institutes of Health Stroke Scale (NIHSS). Une amélioration significative de la gravité clinique, telle que mesurée par la NIHSS, a été observée dans les deux groupes (p < 0,001) ; toutefois, seulement les individus scolarisés ont montré une amélioration significative des scores au MMSE, indiquant une amélioration dans leur fonction cognitive globale (P = 0,008). La scolarité s’est avérée influencer significativement les scores au MMSE.
  • Folstein, Folstein et McHugh (1998) ont noté que le MMSE démontre des effets plafonds marqués chez les plus jeunes individus intacts et des effets planchers marqués chez les individus modérément à sévèrement affectés.
Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

Les traductions autorisées du MMSE actuellement disponibles sont les suivantes :

 

Afrikaans

Néerlandais

Anglais israélien

Roumain

Arabe

Estonien

Italien

Russe

Espagnol argentin

Pilipino

Japonais

Russe d’Estonie

Néerlandais de Belgique

Finnois

Kannada

Serbe

Français de Belgique

Français

Coréen

Slovaque

Bosnien

Allemand d’Autriche

Letton

Anglais sud-africain

Portugais du Brésil

Allemand

Lituanien

Espagnol

Bulgare

Grec

Macédonien

Suédois

Espagnol chilien

Gujarati

Malayalam

Télougou

Chinois

Hébreu

Marathi

Turc

Croate

Hindi

Norvégien

Anglais britannique

Tchèque

Hongrois

Polonais

Ukrainien

Danois

Anglais indien

Portugais

Ourdou

Les traductions autorisées du MMSE peuvent être obtenues en contactant Custsupp@parinc.com ou en appelant au 1.800.331.8378