Rivermead Motor Assessment (RMA)

But de la mesure

La Rivermead Motor Assessment (RMA) évalue la performance motrice de patients ayant subi un AVC et a été développée à la fois pour une utilisation clinique et à des fins de recherche.

Versions disponibles

La RMA a été développée par Lincoln et Leadbitter en 1979.

Caractéristiques de la mesure

Items :
La RMA se compose d’items de test en trois sections qui sont ordonnées hiérarchiquement, c’est-à-dire que les premiers items sont plus faciles et deviennent de plus en plus difficiles vers la fin de l’évaluation.

Les trois sections de tests évaluent :

  • Fonction globale (13 items)

Ex. Marcher avec et sans une aide, négocier les escaliers avec ou sans rampe, marcher, tourner et récupérer un objet, et courir.

  • Mouvements des jambes et du tronc (10 items)

Ex. Tenir debout sur une jambe et fléchir le genou dans une position de mise en charge.

  • Mouvements des bras (15 items)

Ex. Items de contrôle, tels qu’effectuer une pronation/supination de l’avant-bras et faire rebondir une balle, et des items fonctionnels tels que découper de la pâte à modeler, saisir et relâcher des objets, et faire un nœud.

Les items sont cotés comme réussi ou échoué. Traditionnellement, lorsque trois tentatives consécutives pour accomplir un item sont échouées dans une même sous-section, le test est arrêté puisqu’il est présumé que tous les items subséquents dans la sous-section seront aussi échoués, alors ce ne sont pas tous les items de la section qui ont besoin d’être administré (appelé « Échelle de Guttman »). Toutefois, des études récentes suggèrent que l’organisation hiérarchique des items dans les trois sous-échelles diffère de celle proposée par les concepteurs (Adams, Ashburn, Pickering & Taylor, 1997; Adams Pickering, Ashburn & Lincoln, 1997; Kurtais et al., 2009), et par conséquent, il a été recommandé que tous les items dans chacune des sous-échelles soient administrés. Afin d’éviter la surcharge des patients et pour réduire le temps d’administration, l’effet plafond de trois échecs consécutifs devrait être appliqué (Kurtais et al., 2009).

Pour les patients avec un handicap additionnel, par exemple, une amputation, le principe d’arrêter après 3 erreurs consécutives ne devrait pas être appliqué (Lincoln & Leadbitter, 1979).

Comme exemple des items de la RMA et de l’échelle de Guttman, vous trouverez ci-dessous les items pour la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA.

Le patient peut-il :

  1. S’asseoir sans soutien (sans tenir le bord du lit avec les pieds dans le vide)
  2. Passer de la position couchée à assisse sur le bord du lit (en utilisant n’importe quelle méthode)
  3. Passer de la position assisse à debout
  4. Passer du fauteuil roulant à une chaise vis-à-vis du côté non affecté (peut utiliser ses mains)
  5. Passer du fauteuil roulant à une chaise vis-à-vis du côté affecté (peut utiliser ses mains)
  6. Marcher 10 mètres à l’intérieur avec une aide (n’importe quelle aide à la marche, pas d’aide provenant d’une tierce partie)
  7. Monter des marches de façon indépendante (par n’importe quelle méthode, peut utiliser une rampe et une aide)
  8. Marcher 10 mètres à l’intérieur sans une aide (sans aide provenant d’une tierce partie ou aide à la marche)
  9. Marcher 10 mètres, ramasser un fauteuil poire sur le sol, tourner et le ramener (peut utiliser une aide à la marche)
  10. Marcher 40 mètres à l’extérieur (peut utiliser une aide à la marche, pas d’aide provenant d’une tierce partie)
  11. Monter et descendre 4 marches (peut utiliser n’importe quelle aide, mais ne peut pas tenir une rampe)
  12. Courir sur 10 mètres (doit être symétrique)
  13. Sauter sur place sur la jambe affectée 5 fois (doit sauter sur l’avant-pied sans s’arrêter pour retrouver l’équilibre, pas d’aide des bras)

 Cotation :
Chaque item de la RMA est coté 0 ou 1, selon si le client effectue l’activité selon des instructions spécifiques. Un score de 0 équivaut à une réponse négative; un score de 1 équivaut à une réponse positive. Chaque sous-échelle est cotée en additionnant les points alloués à tous les items dans cette sous-échelle.

Si un patient refuse d’effectuer un item (ex. sous le coup de l’anxiété), un score de 0 est attribué à cet item.

 Durée :
Il faut environ 45 minutes pour évaluer un client ambulatoire avec un membre supérieur en récupération ; il faut moins de temps pour les patients plus lourdement handicapés (Lincoln & Leadbitter, 1979).

Sous-échelles :
La RMA a trois sous-échelles : Fonction globale ; Membre inférieur (Jambe) ; Membre supérieur (Bras).

Équipements :

  • Bloc de 20 cm de hauteur
  • Crayon
  • Volleyball
  • Balle de tennis
  • Feuille de papier
  • Fourchette et couteau
  • Assiette et contenant (utiliser la boîte de pâte à modeler comme contenant)
  • Fauteuil poire
  • Corde
  • Pâte à modeler
  • Montre avec un chronomètre
  • Tapis antidérapant

 Formation :
Aucune formation spécialisée n’est requise pour administrer la RMA. Toutefois, la RMA devrait être administrée par un physiothérapeute étant en mesure de prendre en charge de façon sécuritaire les patients ayant subi un AVC. La RMA est une évaluation comportant des risques, lors de cette évaluation le patient peut tomber s’il n’est pas supervisé par quelqu’un possédant de l’expertise au niveau des AVC.

Versions alternatives de la Rivermead Motor Assessment

Le Rivermead Mobility Index (RMI) (Collen, Wade & Bradshaw, 1991).
Le RMI a été développé à partir de la sous-échelle évaluant la Fonction globale de la RMA. Cette mesure est axée sur la mobilité corporelle et elle est composée d’une série de 14 questions et d’une observation directe. Le RMI comprend toute une série d’activités allant de se retourner dans le lit à courir et il a été rapporté que le RMI est une mesure fiable et valide de la mobilité chez les patients ayant subi un AVC (Collen et al., 1991; Hsieh, Hsueh & Mao, 2000).

Pertinence de l’évaluation selon la clientèle

 Peut être utilisé avec :

  • Les patients ayant ssubi un AVC.

Ne devrait pas être utilisé avec :

  • Chez les individus âgés de 65 ans et plus en phase chronique de récupération post-AVC, l’échelle de Guttman n’est retenue qu’avec la sous-échelle évaluant la Fonction globale (Adams, Pickering, Ashburn & Lincoln, 1997) et il doit donc être utilisé avec prudence chez ces individus puisqu’ils peuvent ne pas être capables d’accomplir certaines des tâches spécifiques (ex. un patient avec de l’arthrose peut ne pas être capable de monter les escaliers), mais être capables d’accomplir des tâches subséquentes qui sont considérées comme plus difficiles (ex. marcher pour une durée prolongée).
  • L’échelle de Guttman (c’est-à-dire la notion selon laquelle si le patient est d’accord avec tout item spécifique sur la liste, il sera également d’accord avec toutes les questions précédentes) n’est peut-être pas appropriée pour évaluer la fonction chez le client hémiplégique à la suite d’un AVC. Cette méthode d’administration de test n’est pas non plus appropriée pour évaluer le type de perte de fonction en raison de lésions focales qui surviennent chez les clients ayant subi un AVC, chez qui l’altération de certaines fonctions peut ne pas être liée à l’altération des autres fonctions.
Dans quelles langues la mesure est-elle disponible ?

La RMA est uniquement disponible en anglais (Royaume-Uni).