Incontinence urinaire

L’incontinence urinaire (IU) se définit comme la perte involontaire d’urine ou l’impossibilité de retenir l’urine assez longtemps pour se rendre aux toilettes. Malheureusement, l’apparition de l’incontinence urinaire après un accident vasculaire cérébral (AVC) est courante. La prévalence de l’incontinence urinaire post-AVC se situe entre 37 et 79 % dans les jours et les semaines qui suivent l’accident. Avec le temps, un grand nombre de personnes ayant subi un AVC retrouvent la maîtrise de leur vessie. Toutefois, un tiers d’entre elles demeurent incontinentes un an après l’AVC.

Les causes de l’incontinence urinaire post-AVC sont multiples. L’IU peut découler d’une ischémie ou d’un œdème cérébral ayant affecté les centres corticaux de la miction. Alternativement, les altérations de la conscience, les difficultés cognitives ou de langage, les pertes sensorielles et motrices peuvent également affecter l’hygiène personnelle – en dépit d’une vessie qui fonctionne normalement. Une toux fréquente chez des individus qui présentent une dysphagie post-AVC peut également aggraver l’incontinence urinaire. En outre, certains médicaments, un état dépressif, la constipation, des conditions pré-morbides telles que des neuropathies périphériques dues au diabète, une incontinence urinaire préalable ainsi que des facteurs environnementaux qui rendent l’hygiène personnelle précaire – ou une combinaison de ces facteurs – augmenteront la probabilité de rencontrer une incontinence post-AVC.

Dans la plupart des cas, l’IU peut être traitée avec succès. Les traitements de l’IU prennent divers aspects et comprennent les approches comportementales, pharmacologiques et chirurgicales ainsi que l’utilisation de produits absorbants ou d’appareils servant à recueillir l’urine. La présente revue se concentre sur les interventions comportementales ; le traitement de première ligne pour l’IU. Les interventions comportementales spécifiques au traitement de l’IU secondaire aux troubles vésicaux sont :

  • la miction selon un horaire établi : programme d’assistance aux mictions à intervalle régulier ;
  • les programmes d’incitation à la miction : approches visant à réapprendre aux personnes à répondre à leurs besoins mictionnels par des incitations et du renforcement positif donné par un aidant ;
  • la rééducation vésicale avec suppression de l’impériosité : enseignement portant sur les mécanismes sous-jacents de la continence et de l’incontinence, mictions à heure fixe et stratégies de maîtrise de l’impériosité ;
  • les exercices des muscles du plancher pelvien : programme de contractions volontaires répétées des muscles du plancher pelvien ;
  • la rééducation vésicale avec suppression de l’impériosité en combinaison avec les exercices des muscles du plancher pelvien ;
  • les approches compensatoires (fonctionnelles) de réadaptation des troubles neurologiques : approches de réadaptation privilégiant l’optimisation de la fonction générale d’un individu présentant un AVC;
  • la Neurostimulation électrique transcutanée (TENS) : neurostimulation électrique transcutanée du plancher pelvien avec des électrodes

Auteurs*: Tatiana Ogourtsova, MSc BSc OT; Nicol Korner-Bitensky, PhD
Éditeurs : Annabel McDermott, OT; Annie Rochette PhD, OT
Réviseur expert : Chantal Dumoulin, PhD Pht
Évidences révisées en date du 21-02-2017

 

 

NOTE : * Les auteurs n’ont aucun intérêt financier direct dans les outils, tests ou interventions présentés dans Info-AVC.