Négligence spatiale unilatérale

 La négligence spatiale unilatérale (NSU) est une des atteintes les plus invalidantes de l’AVC, qui se définit comme l’incapacité à prendre en compte des stimuli venant de l’hémi-espace opposé à la lésion cérébrale. En clinique, la présence d’une NSU sévère apparaît lorsqu’un patient entre en collision avec son environnement, ignore les aliments qui se trouvent d’un côté de son assiette et ne s’occupe que d’un seul côté de son corps. De nombreux termes sont employés de façon interchangeable dans la littérature pour décrire la NSU : négligence unilatérale, hémi-inattention, négligence visuelle et négligence hémi-spatiale. On estime que jusqu’à 30 % de patients ont une NSU après un AVC.

Un client atteint de NSU est incapable de s’occuper d’un côté de son corps (négligence personnelle), de l’espace dans la distance pour l’atteinte (négligence de l’hémi-espace extrapersonnel proche), de l’espace au-delà de la distance d’atteinte (négligence de l’hémi-espace extrapersonnel lointain), ou une combinaison de ces trois espaces dans l’environnement. La NSU continue d’être couramment associée à un AVC de l’hémisphère droit, mais les preuves tirées de la littérature laissent entendre que tous les patients ayant subi un AVC pourraient tirer parti d’un dépistage de la NSU.

La présence d’une NSU a été fortement associée à un risque accru de blessure et à des résultats fonctionnels faibles. Les effets d’une NSU vont au-delà des habiletés de bases des soins personnels (hygiène, habillage, marche, etc.) et s’étendent aux activités instrumentales de la vie quotidienne (AIVQ) qui sont cruciales pour une bonne réintégration dans la vie communautaire.

En référant à l’image ici-bas « Typiquement, les patients avec un AVC de l’hémisphère droit avec une négligence à gauche omettent les éléments à leur gauche lors de la copie d’objets simples (A), lors du dessin d’une d’horloge (B), et lors de l’annulation de cibles à travers des distracteurs (C). Ils ont aussi tendance à décaler vers la droite lorsqu’on leur demande de couper en deux une ligne horizontale (D). Lorsqu’on leur demande de nommer les objets dans leur environnement, ils auront tendance à ne nommer que ceux à leur droite. Les croix (E) indiquent l’emplacement des objets nommés en rapport à eux. » (page 14 de Parton, A et al. J Neurol Neurosurg Psychiatry 2004; 75:13-21 reproduit avec la permission de BMJ Publishing Group, traduction libre).

INTRO_Parton et al. JNNP 2004

 Auteurs*: Anita Menon, PhD OT; Anita Petzold, MSc OT; Angela Kim, BSc OT; Tatiana Ogourtsova, MSc OT; Annabel McDermott, OT; Nicol Korner-Bitensky, PhD OT.

Évidence revisées en date du 04-06-2015

NOTE: *Les auteurs n’ont aucun intérêt financier direct dans les outils, tests ou interventions présentés dans Info-AVC.