Motor Activity Log (MAL)

Résumé

Une revue de la littérature a été effectuée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques du MAL. Vingt-six études ont été identifiées, dont la plupart incluaient des patients en phase chronique de récupération post-AVC. Cette revue comprend différentes versions du MAL : la version originale MAL-30, le MAL-28, le MAL-14, le MAL-45, le LF-MAL, le Grade 4/5 MAL et les versions turque, brésilienne et allemande.

Effets plancher/plafond

Chuang et al. (2017) ont examiné les effets plancher/plafond du MAL à 30 items auprès d’un échantillon de 403 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Le MAL a été administré à des patients présentant une récupération motrice du membre supérieur proximal et distal aux stades III et plus de Brunnstrom. Les résultats ont démontré de modestes effets de plancher au sein de cette cohorte, où 17,3 % des participants ont obtenu des scores minimaux sur le MAL.

Chuang et al. (2017) ont examiné les effets plancher/plafond du LF-MAL auprès d’un échantillon de 134 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Le LF-MAL a été administré à des patients présentant une récupération motrice du membre supérieur proximal et distal aux stades III et moins de Brunnstrom. Les résultats ont démontré de modestes effets de plancher au sein de cette cohorte, où 16,4 % des participants ayant obtenu des scores minimaux sur le LF-MAL.

Fidélité

Cohérence interne :
van der Lee et al. (2004) ont examiné la cohérence interne du MAL-14 auprès d’un échantillon de 56 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. La corrélation entre les items s’est avérée excellente pour le MAL-QU (a = 0,87) et le MAL-QM (a = 0,90). Les limites de concordance variaient de -0,70 à 0,85 pour le MAL-QU et de -0,61 à 0,71 pour le MAL-QM, ce qui indique une reproductibilité suffisante pour détecter un changement individuel d’environ 12 à 15% de l’étendue de l’échelle.

Uswatte et al. (2005b) ont examiné la cohérence interne du MAL-14 auprès d’un échantillon de 41 patients en phase chronique de récupération post-AVC et leurs proches aidants, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. La corrélation entre les items s’est avérée excellente pour les patients MAL-QM (a = 0.87) et leurs proches aidants MAL-QU et MAL-QM (a > 0.83). Les auteurs ont également examiné la cohérence interne du MAL-14 (échelle QM seulement) auprès d’un échantillon de 27 patients en phase chronique de récupération post-AVC. La corrélation entre les items s’est avérée excellente pour le MAL-QM (a = 0,81).

Uswatte et al. (2006b) ont examiné la cohérence interne du MAL-28 auprès d’un échantillon de 222 patients en phase subaiguë ou chronique de récupération post-AVC et de leurs proches aidants, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. Les réponses des groupes de patients et de proches aidants ont démontré une excellente corrélation entre les items du MAL-QU (patients a = 0,94 ; proches aidants a = 0,95) et du MAL-QM (patients a = 0,94 ; proches aidants a = 0,95).

Huseyinsinoglu et al. (2011) ont examiné la cohérence interne du MAL-28 (version turque) auprès d’un échantillon de 30 patients ayant subi un AVC, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. La cohérence interne s’est avérée excellente pour le MAL-QU (a = 0,96) et le MAL-QM (a = 0,96).

Khan et al. (2013) ont examiné la cohérence interne du MAL-30 (version allemande) auprès d’un échantillon de 42 patients en phase aiguë ou chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. Les mesures ont été prises au départ de l’étude, au moment du congé de la réadaptation, et au moment d’un suivi à six mois. La cohérence interne du MAL-QU et du MAL-QM s’est avérée excellente à tous les temps de mesure (a = 0,98-0,995). Les auteurs ont également calculé la cohérence interne en se basant sur une procédure d’élimination des items ayant obtenu la cote  » N/A  » sur 26 items, et ont signalé que la cohérence interne demeurait élevée à tous les temps de mesure (a = 0,94-0,98).

Taub et al. (2013) ont examiné la cohérence interne du Grade 4/5 MAL, en se référant à des données non publiées de Morris (2009) qui ont utilisé un échantillon de 30 personnes ayant subi un AVC, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. La cohérence interne du Grade 4/5 MAL s’est avérée excellente (a = 0,95).

Chuang et al. (2017) ont examiné le système d’évaluation à 6 points du MAL et ont constaté que la difficulté d’évaluation faisait une distinction entre les 6 niveaux de capacité fonctionnelle. Les résultats ont démontré que 15 items du MAL-QU et du MAL-QM présentaient un désordre des étapes de difficulté. Par conséquent, les 6 niveaux ont été regroupés en 4 niveaux pour rétablir le seuil inversé (0 = 0 ; 1-2 = 1 ; 3-4 = 2 ; 5 = 3) ; en utilisant le système à 4 points, 9 items présentaient encore un ordre désordonné, donc les niveaux ont été regroupés en 2 catégories (0 = 0; 1 to 3 = 1), en fonction duquel tous les items ont été classés. Les auteurs ont examiné l’unidimensionnalité du MAL à 30 items auprès d’un échantillon de 403 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le système de cotation révisé. L’analyse de l’ajustement des items du MAL a révélé que 7 items* du MAL-QU et du MAL-QM étaient mal ajustés et ont été retirés. L’analyse des composantes principales (ACP) des 23 items restants a démontré que les mesures de Rasch représentaient 76 % de la variance pour le MAL-QU et le MAL-QM, avec une valeur propre de 2,7 pour le premier facteur résiduel. Cela indique que les 23 items constituent des constructions unidimensionnelles. Les auteurs ont examiné la fidélité du MAL révisé (23 items, système de cotation à 4 points) en utilisant une analyse de Rasch. Avec des valeurs de séparation de 2,4 et 2,6, respectivement pour le MAL-QU et le MAL-QM, la version révisée s’est avérée sensible pour distinguer entre 3 strates de performance du membre supérieur. Les coefficients de fidélité de Pearson étaient de 0.85 and 0.87 (respectivement), suggérant une bonne fidélité. Les résultats n’ont pas démontré de différentiel de fonctionnement des items selon l’âge, le sexe ou la prédominance de la main. La hiérarchie de difficulté des items correspondait aux attentes cliniques, mais les items étaient plus difficiles que les capacités personnelles, ce qui laisse supposer que les participants de cet échantillon n’étaient pas bien ciblés.

* Items inadaptés : (6) Sortir de la voiture ; (12) Se sécher les mains ; (18) Tirer une chaise loin de la table pour s’asseoir ; (19) Tirez une chaise vers la table après s’être assis ; (21) Se brosser les dents ; (24) Écrire sur du papier ; (29) Boutonner une chemise.

Chuang et al. (2017) ont examiné le système d’évaluation à 6 points du LF-MAL et ont relevé des seuils désordonnés ; par conséquent, les 6 niveaux ont été regroupés en 3 niveaux pour rétablir le seuil inversé (0 = 0 ; 1-3 = 1 ; 4-5 = 2) ; ce système de cotation en trois points a été classé en plusieurs niveaux. Les auteurs ont examiné l’unidimensionnalité du LF-MAL auprès d’un échantillon de 134 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le système révisé de classification à 3 points. L’analyse de l’ajustement des items du LF-MAL-QU a révélé que 6 items étaient à l’écart du seuil acceptable ; l’ACP des 24 items restants a montré que la dimension de Rasch expliquait 70,5% de la variance, avec une valeur propre de 2,6 du premier facteur résiduel. L’analyse de l’ajustement des items du LF-MAL-QM a révélé que 7 items étaient hors de la plage acceptable et ont été retirés; l’ACP des 23 items restants a démontré que la dimension de Rasch expliquait 71,0% de la variance et une valeur propre du premier facteur résiduel de 2,5%. Les auteurs ont examiné la fidélité du LF-MAL révisé (25 items, système d’évaluation à 3 points), en utilisant l’analyse de Rasch. Avec des valeurs de séparation de 1,9 pour le LF-MAL-QU et le LF-MAL-QM, la version révisée était sensible pour distinguer 2 strates de performance du membre supérieur. Les coefficients de fidélité de Pearson étaient de 0,79 pour le LF-MAL-QU et le LF-MAL-QM, ce qui indique une fidélité acceptable. Les résultats ont révélé qu’aucun item ne démontrait de différentiel de fonctionnement selon l’âge, le sexe ou la prédominance de la main. La hiérarchie de difficulté des items correspondait aux attentes cliniques, mais les items étaient plus difficiles que les capacités personnelles, ce qui laisse supposer que les participants de cet échantillon n’étaient pas bien ciblés.

* Items inadaptés : (5) Essuyer un comptoir de cuisine ou une autre surface ; (6) Sortir d’une voiture ; (7) Ouvrir un réfrigérateur ; (19) Appliquer du savon sur le corps pendant le bain (LF-MAL-QM seulement) ; (21) Se brosser les dents ; (23) Se tenir debout ; (24) Tenir un objet à la main.

Moreira Silva et al. (2018) ont examiné la cohérence interne du MAL-30 auprès d’un échantillon de 66 personnes en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient alpha de Cronbach. Les participants ont été classés selon la fonction motrice du membre supérieur à l’aide de la sous-échelle Membre supérieur de la Fugl-Meyer Assessment (FMA-MS) : hémiparésie légère à modérée (FMA-MS ≥ 32, n = 49) ou hémiparésie sévère (FMA-MS ≤ 31, n = 17). La cohérence interne du MAL-QU et du MAL-QM s’est avérée excellente chez les participants présentant une hémiparésie allant de légère à modérée (a = 0,95) et adéquate à excellente chez ceux présentant une hémiparésie sévère (MAL-QU ; a = 0,79 ; MAL-QM ; a = 0,89). L’analyse de Rasch a été utilisée pour évaluer davantage la fidélité du MAL-30. La calibration des items du MAL-QU et du MAL-QM a identifié un item inadapté (#19 : Tirer une chaise vers la table après s’être assis). L’indice de séparation des items du MAL-QU et du MAL-QM était de 2,92 et 2,59 (respectivement), ce qui suggère 5 niveaux de difficulté pour le MAL-QU et 4 niveaux de difficulté pour le MAL-QM. L’indice de séparation de Pearson du MAL-QU et du MAL-QOM était de 2,62 et 2,58 (respectivement), ce qui suggère 4 niveaux de capacité pour le MAL-QU et le MAL-QM.

Test-retest :
Miltner et al. (1999) ont examiné la fidélité test-retest du MAL auprès d’un échantillon de 15 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Des mesures ont été prises dans un intervalle de 2 semaines avant que les participants ne commencent une thérapie par contrainte induite du mouvement. La fidélité test-retest s’est avérée excellente (r = 0,98).

Johnson et al. (2003) ont examiné la fidélité test-retest du MAL-45 auprès d’un échantillon de 12 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient de corrélation de Pearson. Des mesures ont été prises dans un intervalle de 3 semaines. La fidélité test-retest s’est avérée excellente pour le MAL-QU (r = 0,96) et le MAL-QM (r = 0,99).

van der Lee et al. (2004) ont examiné la fidélité test-retest du MAL-14 auprès d’un échantillon de 56 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant la méthode Bland et Altman. Des mesures ont été prises dans un intervalle de 2 semaines avant que les participants ne commencent un programme d’intervention. La fidélité test-retest s’est avérée excellente (r = 0,98).

Uswatte et al. (2005b) ont examiné la fidélité test-retest du MAL-14 auprès d’un échantillon de 41 patients en phase chronique de récupération post-AVC et de leurs proches aidants, en utilisant les coefficients de corrélation Pearson. La fidélité test-retest était s’est avérée excellente pour les scores MAL-QM des patients (r=0,91) et adéquate pour les scores MAL-QU des patients (r = 0,44) et les scores MAL-QU et MAL-QM des proches aidants (respectivement, r = 0,61 et r = 0,50).

Uswatte et al. (2006b) ont examiné la fidélité test-retest de 2 semaines du MAL-30 auprès d’un échantillon de 116 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC et leurs proches aidants, en utilisant des coefficients de corrélation intra-classe (CCI). La fidélité test-retest du MAL-QU et du MAL-QM s’est avérée excellente chez les patients (respectivement, CCI = 0,79, CCI = 0,82) et adéquate chez les proches aidants (respectivement, CCI = 0,66 et CCI = 0,72). Une tendance à l’augmentation de la première à la seconde évaluation a été observée chez les patients et les proches aidants (patients MAL-QU : 0,3 ± 0,6, p = 0,04 ; patients MAL-QM : 0,3 ± 0,5, p = 0,02 ; proches aidants MAL-QU : 0,4 ± 0,7, p = 0,05 ; proches aidants MAL-QM : 0,4 ± 0,7, p = 0,02), mais les augmentations sont moindres que la différence minimale cliniquement importante (< 0,5 point).

Huseyinsinoglu et al. (2011) ont examiné la fidélité test-retest de 3 jours du MAL-28 (version turque) auprès d’un échantillon de 30 patients ayant subi un AVC, en utilisant des coefficients de corrélation intra-classe (CCI) et des coefficients de corrélations de Spearman. La fidélité test-retest s’est avérée excellente pour le MAL-QU (CCI = 0,97, r = 0,94) et le MAL-QM (CCI = 0,96, r = 0,93).

Saliba et al. (2011) ont examiné la fidélité test-retest du MAL (version brésilienne), en utilisant des coefficients de corrélation intra-classe (CCI). La fidélité test-retest du MAL-AOU et du MAL-QOM s’est avérée excellente (CCI = 0.98).

Taub et al. (2013) ont examiné la fidélité test-retest du Grade 4/5 MAL en se référant à des données non publiées de Morris (2009) qui ont utilisé un échantillon de 10 personnes ayant subi un AVC. La fidélité test-retest du Grade 4/5 MAL s’est avérée excellente (r = 0.95).

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge du MAL.

Inter-juges :
Uswatte et al (2005b) ont examiné la fidélité inter-juges du MAL-14 auprès d’un échantillon de 41 patients en phase chronique de récupération post-AVC et leurs proches aidants, en utilisant les coefficients de corrélation intra-classe (CCI). Les participants ont suivi une Thérapie par contrainte induite du mouvement (TCIM) ou une rééducation générale de la condition physique (appariée quant à sa durée), pendant 2 semaines. La fidélité entre les scores des patients et des proches aidants avant l’intervention s’est avérée adéquate (CCI = 0,52, p < 0,01) ; tout comme la fidélité entre le changement des scores des patients et des proches aidants après l’intervention (CCI = 0,7, p < 0,0001).

Validité

Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité du contenu du MAL.

Critère :
Concourante :
Johnson et al. (2003) ont examiné la validité concourante du MAL-45 auprès d’un échantillon de 12 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en le comparant avec l’Abilhand, et en utilisant des coefficients de corrélation Pearson. Les corrélations avec l’Abilhand se sont avérées excellentes avec le MAL-QU (r = 0,71, p < 0,05) et avec le MAL-QM (r = 0,88, p < 0,05).

Uswatte et al. (2005b) ont examiné la validité concourante du MAL-14 (échelle QM seulement) auprès d’un échantillon de 27 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras affecté, et en utilisant des coefficients de corrélation Pearson. Les corrélations entre le MAL-QM et les mesures de l’évaluation par l’accéléromètre avant l’intervention se sont avérées excellentes (r = 0,70, p < 0,05). Les corrélations entre les scores de changement du MAL-QM avant et après l’intervention, et les scores de changement correspondants des mesures de l’évaluation par l’accéléromètre, se sont également avérées excellentes (r = 0,91, p < 0,01).

Lin et al. (2010a) ont examiné la validité concourante du MAL-30 en le comparant au Nine Hole Peg Test (9HPT), au Box and Block Test (BBT) et à l’Action Research Arm Test (ARAT), et en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Les patients en phase chronique de récupération post-AVC (n = 59) ont été assignés aléatoirement pour recevoir une Thérapie par contrainte induite du mouvement, un entraînement bilatéral du bras, ou une thérapie neuro-développementale ; et des mesures ont été prises au départ de l’étude et après l’intervention (à 3 semaines). Les corrélations entre les mesures au départ de l’étude et après l’intervention se sont avérées significatives et adéquates avec le BBT (MAL-QU : r = 0,37, r = 0,49 ; MAL-QM : r = 0,52, r = 0,52) et l’ARAT (MAL-QU : r = 0,31, r = 0,32, MAL-QM : r = 0,39, r = 0,35). Les corrélations avec le 9HPT se sont avérées significatives seulement avec le MAL-QM (r = – 0,26, r = – 0,33).

Lin et al (2010b) ont examiné la validité concourante du MAL-30 en le comparant avec la Stroke Impact Scale 3.0 (SIS) et la Stroke-Specific Quality of Life Scale (SS-QOL), et en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Les patients en phase chronique de récupération post-AVC (n = 74) ont été assignés aléatoirement pour recevoir une Thérapie par contrainte induite du mouvement, un entraînement bilatéral du bras, ou une thérapie neuro-développementale, et des mesures ont été prises au départ de l’étude et après l’intervention (à 3 semaines). Des corrélations significatives, allant de faibles à adéquates, ont été relevées entre le MAL-QU et la plupart des domaines de la SIS, au départ de l’étude (r = 0,24-0,58) et après l’intervention (r = 0,24-0,59). D’excellentes corrélations significatives ont été relevées entre le MAL-QM et le domaine évaluant la Fonction de la main de la SIS, au départ de l’étude (r = 0,65) et après l’intervention (r = 0,68) ; et des corrélations allant de faibles à adéquates ont été relevés entre ce domaine et la plupart des autres domaines de la SIS, au départ l’étude (r = 0,26-0,52) et après intervention (r = 0,28-0,51). Des corrélations significatives ont également été relevées entre le MAL-QU et certains domaines de la SS-QOL, au départ de l’étude (r = 0,25-0,37) et après l’intervention (r = 0,24-0,35), et entre le MAL-QM et certains domaines de la SS-QOL, au départ de l’étude (r = 0,28-0,38) et après l’intervention (r = 0,26-0,39).

Wu et al (2011) ont examiné la validité concourante du MAL-30 auprès d’un échantillon de 77 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en le comparant avec une version modifiée de la Nottingham Extended ADL Scale (NEADL) et du Frenchay Activities Index (FAI), en utilisant des coefficients de corrélation de rang de Spearman. Des mesures ont été prises avant l’intervention et à 3 semaines, après l’intervention. Les corrélations avec la NEADL allaient de faibles à adéquates (MAL-QU : r = 0,3 ; MAL-QM : r = 0,2-0,3) ; et les corrélations avec le FAI se sont avérées adéquates (MAL-QU : r = 0,3-0,4) ; MAL-QM : r = 0,3).

Khan et al. (2013) ont examiné la validité transversale concourante du MAL-30 (version allemande) en le comparant avec les sous-échelles Temps de performance et Capacité fonctionnelle du Wolf Motor Function Test (WMFT), avec les sous-échelles Bras et Main de la Chedoke McMaster Stroke Assessment (CMSA), avec l’échelle de force de préhension , et avec la force isométrique mesurée par un dynamomètre (moyenne des flexions et extensions de l’épaule et du coude), en utilisant des coefficients de corrélation de rang de Spearman. Les patients en phase aiguë et chronique de récupération post-AVC (n = 42) ont reçu une réadaptation en milieu hospitalier, et des mesures ont été prises au départ de l’étude, lors du congé de l’hôpital, et au moment d’un suivi à six mois. Des corrélations négatives significatives ont été relevées avec les scores Temps de performance du WMFT (MAL-QU r = -0,747- -0,878 ; MAL-QM r = -0,770 -0,901). Les corrélations se sont avérées excellentes à tous les temps de mesure avec le score de Capacité fonctionnelle du WMFT (MAL-QU r = 0,769 – 0,808, MAL-QM r = 0,789 – 0,837), le score Bras de la CSMA (MAL-QU r = 0,680 – 0,765 ; MAL-QM r = 0,691 – 0.798), le score Main de la CSMA (MAL-QU r = 0,692 – 0,801 ; MAL-QM r = 0,717 – 0,803), le score de la force de préhension (MAL-AOU r = 0,698 – 0,716 ; MAL-QOM r = 0,659-,0733) et de la force isométrique (MAL-QU r = 0,643-0,719 ; MAL-QM r = 0,714-0,726).

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du MAL.

Construit :
Uswatte et al. (2006b) ont réalisé une analyse des items du MAL-30 original à l’aide des corrélations items-score total, de la fidélité et de la proportion de données manquantes (avec un seuil limite de cotation à priori de 20%), auprès d’un échantillon de 222 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC et leurs proches aidants. Parmi les 30 items, 25 ont été complétés par > 80% des proches aidants, et 28 par > 80% des patients ; l’analyse de ces 28 items a indiqué des corrélations items-score total > 0,5 pour 92% des items et des coefficients de fidélité > 0,5 pour 89% des items. Les 2 items restants (Écrire sur du papier : 48% des données manquantes ; Appliquer du maquillage, de la lotion ou de la crème à raser sur le visage : 20% des données manquantes) ont démontré des corrélations items-score total et des coefficients de fidélité inférieurs et ont, en conséquent, été abandonnés.

van der Lee et al. (2004) ont examiné la validité de construit du MAL-14 auprès d’un échantillon de 56 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. Une excellente corrélation a été relevée entre le MAL-QU et le MAL-QM (r= 0,95, p < 0,001).

Uswatte et al. (2005b) ont examiné la validité de construit du MAL-14 (échelle QM uniquement) auprès d’un échantillon de 27 patients en phase chronique de récupération post-AVC en le comparant avec les scores MAL-QU des patient / proches aidants, et en utilisant les coefficients de corrélation de Pearson. Les corrélations se sont avérées excellentes entre les scores de changement du MAL-QM avant et après l’intervention, et les scores de changement correspondants chez les patients sur le MAL-QU (r = 0,80, p < 0,01), les proches aidants sur le MAL-QU (r = 0,73, p < 0,01), et les proches aidants sur le MAL-QM (r = 0,70, p < 0,01).

Uswatte et al. (2006a) ont examiné la validité de construit du MAL-30 auprès d’un échantillon de 169 personnes en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC, en utilisant les coefficients de corrélation de Pearson. Une excellente corrélation a été relevée entre le MAL-QU et le MAL-QM (r = 0,92, p < 0,001).

Huseyinsinoglu et al. (2011) ont examiné la validité de construit du MAL-28 (version turque) auprès d’un échantillon de 30 patients ayant subi un AVC, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. La corrélation entre le MAL-QU et le MAL-QM s’est avérée excellente (r = 0,95).

Saliba et al. (2011) ont examiné la validité de construit du MAL (version brésilienne) auprès d’un échantillon de 77 personnes en phase chronique de récupération post-AVC, à l’aide d’une analyse de Rasch. Une excellente corrélation a été relevée entre le MAL-QU et le MAL-QM (r = 0,97, p < 0,0001).

Khan et al. (2013) ont examiné la validité de construit du MAL-30 (version allemande), en utilisant les coefficients de corrélation de rang de Spearman. Les patients en phase aiguë et chronique de récupération post-AVC (n = 42) ont été admis en réadaptation à l’interne, et des mesures ont été prises au départ de l’étude, lors du congé de l’hôpital, et au moment d’un suivi à 6 mois. Une excellente corrélation a été relevée entre le MAL-QU et le MAL-QM à tous les temps de mesure (r = 0,994, 0,982, 0,980).

Chuang et al. (2017) ont examiné la validité de construit du MAL-30 auprès d’un échantillon de 403 patients en phase chronique de récupération post-AVC, avec une récupération motrice du membre supérieur proximal et distal au stade III et plus de Brunnström, en utilisant une analyse de Rasch. La corrélation entre le MAL-QU et le MAL-QM s’est avérée adéquate (r = 0,603), indiquant que les échelles ne sont pas fortement corrélées et peuvent être perçues comme des concepts différents.

Chuang et al. (2017) ont examiné la validité de construit du LF-MAL auprès d’un échantillon de 134 patients en phase chronique de récupération post-AVC, avec une récupération motrice du membre supérieur proximal et distal au stade III et moins de Brunnström, en utilisant une analyse de Rasch. La corrélation entre le LF-MAL-QU et le LF-MAL-QM s’est avérée adéquate (r = 0,607), indiquant que les échelles ne sont pas fortement corrélées et peuvent être perçues comme des concepts différents.

Convergente/Discriminante :
van der Lee et al. (2004) ont examiné la validité convergente transversale du MAL-14 en le comparant à l’Action Research Arm Test (ARAT) auprès d’un échantillon de 56 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. D’excellentes corrélations ont été relevées entre le MAL-QU et l’ARAT (r = 0,63, p < 0,001) et entre le MAL-QM et l’ARAT (r = 0,63, p < 0,001).

Uswatte et al. (2005a) ont examiné la validité convergente du MAL-14 auprès d’un échantillon de 20 patients en phase chronique de récupération post-AVC en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras affecté, en utilisant les corrélations de rang de Spearman. Une excellente corrélation a été relevée entre le MAL-14 et l’évaluation avec un accéléromètre (r = 0,74, p < 0,001).

Uswatte et al. (2006a) ont examiné la validité convergente du MAL-30 (échelle QM seulement) auprès d’un échantillon de 169 patients en phase subaiguë et chronique post-AVC en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras affecté et l’Actual Amount of Use Test (AAUT), en utilisant des coefficients de corrélation Pearson. Les corrélations entre le MAL-QM et l’évaluation avec un accéléromètre (variable sommaire du ratio, variable sommaire du bras affecté) se sont avérées adéquates (respectivement, r = 0,52, r = 0,41, p < 0,001). La corrélation entre le MAL-QM et l’AAUT s’est également avérée excellente (r = 0,94, p < 0,001).

Uswatte et al. (2006b) ont examiné la validité convergente du MAL-30 auprès d’un échantillon de 222 patients en phase subaiguë et chronique post-AVC et leurs proches aidants en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras affecté et le domaine évaluant la Fonction de la main de la Stroke Impact Scale (SIS), en utilisant des coefficients de corrélation Pearson. La comparaison du MAL-30 avec l’évaluation par un accéléromètre a démontré des corrélations allant d’adéquates à excellentes pour les scores des patients (MAL-QU : r = 0,47 ; MAL-QM : r = 0,52, p < 0,01) et des corrélations adéquates pour les scores des proches aidants (MAL-QU : r = 0,57 ; MAL-QM, r = 0,61, p < 0,01). La comparaison des scores du MAL-30 et du domaine évaluant la Fonction de la main de la SIS a démontré d’excellentes corrélations pour les scores des patients (MAL-QU : r = 0,68 ; MAL-QM : r = 0,72, p < 0,01), et des corrélations adéquates pour les scores des proches aidants (MAL-QU : r = 0,35, MAL-QM : r = 0,40, p < 0,01).

Uswatte et al. (2006b) ont examiné la validité divergente du MAL-30 auprès d’un échantillon de 222 patients en phase subaiguë et chronique post-AVC et leurs proches aidants en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras le moins affecté et le domaine évaluant la Mobilité de la SIS, en utilisant des coefficients de corrélation Pearson. La comparaison du MAL-30 avec le ratio de l’évaluation par un accéléromètre du bras le moins affecté a démontré de faibles corrélations pour les scores des patients (MAL-QU : r = 0,14 ; MAL-QM : r = 0,14, p > 0,05), et des corrélations allant de faibles à adéquates pour les scores des proches aidants (MAL-QU : r = 0,25 ; MAL-QM, r = 0,23, p < 0,001). La comparaison des scores du MAL-30 MAL et du domaine évaluant la Mobilité de la SIS a démontré de faibles corrélations pour les scores des patients (MAL-QU : r = 0,14 ; MAL-QM : r = 0,14, p > 0,05), et de faibles corrélations pour les scores des proches aidants (MAL-QU : r = 0,10, MAL-QM : r = 0,07, p > 0,05).

Hammer et Lindmark (2010) ont examiné la validité convergente transversale du MAL-30 en le comparant avec le score de la sous-échelle Membre supérieur de la Fugl-Meyer Assessment (FMA-MS), l’ARAT, la sous-échelle Membre supérieur de la Motor Assessment Scale (MAS-MS), le 16-hole peg test (16HPT) et le ratio de la force de préhension isométrique (Grippit ratio of isometric grip strength), en utilisant les coefficients de corrélation Spearman. Les patients en phase subaiguë de récupération post-AVC (n = 30) ont été assignés aléatoirement pour recevoir une Thérapie par contrainte induite ou le programme de réadaptation habituel ; et des mesures ont été prises au départ de l’étude, après l’intervention (à 2 semaines) et au moment d’un suivi (à 3 mois). Les corrélations se sont avérées significatives et adéquates pour toutes les mesures : FMA-MS (r = 0,43-0,52) ; ARAT (r = 0,31-0,51) ; MAS-MS (r = 0,41-0,54) ; 16HPT (r = -0,41 – 0,67) ; Ratio de force de préhension (r = 0,41-0,53).

Huseyinsinoglu et al. (2011) ont examiné la validité convergente des scores du MAL-28 (version turque) en le comparant avec les sous-échelles évaluant le Temps de performance et la Capacité fonctionnelle du Wolf Motor Function Test auprès d’un échantillon de 30 patients ayant subi un AVC. D’excellentes corrélations ont été relevées avec le WMFT-CF (MAL-QU, r=0,63 ; MAL-QM : r = 0,63) et des corrélations négatives adéquates avec le WMFT-TP (MAL-QU : r = -0,56 ; MAL-QM : r = -0,55).

Saliba et al. (2011) ont examiné la validité convergente du MAL (version brésilienne) en le comparant avec la force de préhension du membre supérieur le plus sévèrement affecté auprès d’un échantillon de 77 personnes en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant une analyse de Rasch. Des corrélations adéquates ont été relevées entre la force de préhension et le MAL-QU (r = 0,51, p < 0,0001) et le MAL-QM (r = 0,57, p < 0,0001).

Sterr et al. (2014) ont examiné la validité divergente du MAL auprès d’un échantillon de 65 patients en phase chronique de récupération post-AVC en le comparant à la Short Form 36 (SF-36), à la Stroke Impact Scale (SIS), à l’Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) et au Visual Analog Mood Score (VAMS), par analyse de régression. Les participants ont reçu quatre différents protocoles d’intervention d’une Thérapie par contrainte induite du mouvement (TCIM) dont l’intensité et l’utilisation de la contrainte différaient. Après l’intervention, une association positive significative a été relevée entre le MAL-QU et le domaine Physique de la SF-36 (r = 0,38m p = 0,025), et une tendance vers une association modérée a été observée avec le score total de à SIS (r = 0,43, p = 0,061).

Shindo et al. (2015) ont examiné la validité convergente du MAL-14 auprès d’un échantillon de 34 patients en phase aiguë et subaiguë de récupération post-AVC en le comparant avec le Simple Test for Evaluating Hand Function (STEF), en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. Une corrélation significative et excellente a été relevée entre les évaluations (MAL-QU : ρ = 0,805 ; MAL-QM : ρ = 0,768).

Simpson, Conroy et Beaver (2015) ont examiné la validité convergente du MAL-28 auprès d’un échantillon de 9 patients ayant subi un AVC en le comparant avec la FMA, le WMFT et la SIS, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. D’excellentes corrélations ont été relevées au départ de l’étude entre le MAL-QU et la FMA (ρ = 0,6889, p < 0,0132) et le MAL-QM et la FMA (ρ = 0,7276, p < 0,0073).

Moreira Silva et al. (2018) ont examiné la validité convergente du MAL-30 auprès d’un échantillon de 66 personnes en phase chronique de récupération post-AVC en la comparant avec la FMA-MS, en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman. Une corrélation significative et excellente a été relevée avec la FMA-MS (MAL-QU : ρ = 0,87 ; MAL-QM : ρ = 0,87).

Chen et al. (2018) ont examiné la validité convergente du MAL auprès d’un échantillon de 82 patients ayant subi un AVC en le comparant avec une évaluation par un accéléromètre du bras affecté, en utilisant le coefficient de corrélation de Pearson. Une corrélation adéquate a été relevée avec l’évaluation par un accéléromètre (MAL-QU : r = 0,47 ; MAL-QM : r = 0,57).

Groupes connus :
Uswatte et al. (2006b) ont examiné la validité de groupes connus du MAL auprès d’un échantillon de 222 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC et leurs proches aidants. Les corrélations entre le MAL et le ratio d’une évaluation par un accéléromètre se sont avérées plus fortes chez les patients présentant une parésie du bras dominant (MAL-QU : r = 0,56 ; MAL-QM : r = 0,59) que chez les patients présentant une parésie du bras non dominant (MAL-QU : r = 0,28 ; MAL-QM : r = 0,34).

Sensibilité au changement

Taub et al. (1993) ont examiné l’ampleur de l’effet (AE) du MAL auprès d’un échantillon de 9 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont reçu deux semaines de thérapie par contrainte induite du membre supérieur, et des mesures ont été prises au départ de l’étude, après l’intervention, et au moment de suivis (à 1 mois et 2 ans). Une grande ampleur de l’effet a été relevée entre le début de l’étude jusqu’au moment du suivi à 1 un mois (2,80), et entre le début de l’étude jusqu’au moment du suivi à 2 ans (2,95).

Kunkel et al. (1999) ont examiné l’AE du MAL auprès d’un échantillon de 5 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont reçu deux semaines de Thérapie par contrainte induite du mouvement (TCIM), et des mesures ont été prises au départ de l’étude, après l’intervention, et au moment d’un suivi (à 3 mois). Une grande ampleur de l’effet a été relevée entre le début de l’étude jusqu’à la fin de l’intervention (MAL-QU : 9,57 ; MAL-QM : 3,24), et entre le début de l’étude jusqu’au moment du suivi (MAL-QU : 7,59 ; MAL-QM : 1,99).

Taub et al (1999) ont examiné l’AE du MAL auprès d’un échantillon de patients ayant subi un AVC qui ont reçu une TCIM, et ont relevé une grande ampleur de l’effet chez les sujets avec un fonctionnement diminué (n = 11, d = 4,0) et avec ceux dont le fonctionnement était élevé (n = 40, d = 3,3). L’AE s’est avérée plus grande chez les patients avec un fonctionnement diminué en raison d’une plus faible variabilité des scores entre le début et la fin de l’intervention.

Miltner et al. (1999) ont examiné l’AE du MAL auprès d’un échantillon de 15 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont reçu deux semaines de TCIM, et des mesures ont été prises au départ de l’étude, après l’intervention, et au moment de suivis (à 4 semaines et à 6 mois). Une grande ampleur de l’effet a été relevée entre le début de l’étude et après l’intervention (MAL-QU : 2,07 ; MAL-QM : 1,33), entre le début de l’étude et le moment du suivi à 4 semaines (MAL-QU : 2,98 ; MAL-QM : 1,70), et entre le début de l’étude et le moment du suivi à 6 mois (MAL-QU : 2,68 ; MAL-QM : 2,14).

van der Lee et al. (1999) ont examiné l’AE du MAL auprès d’un échantillon de 66 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont été assignés aléatoirement pour recevoir une thérapie par contrainte induite ou un entraînement bilatéral basé sur des techniques neuro-développementales, pendant deux semaines. Une version modifiée à 25 items du MAL a été utilisée. Aucune différence significative entre les groupes n’a été notée sur les scores du MAL-QM après l’intervention. Une différence significative entre les groupes a cependant été relevée sur les scores du MAL-QU, en faveur de la thérapie par contrainte induite. La différence moyenne d’amélioration était de 0,52 point (IC à 95 %, 0,11-0,93). Les améliorations ont dépassé la Différence minimale cliniquement importante de 0,50 dans les deux groupes. L’effet du traitement était cliniquement significatif pour les patients atteints d’héminégligence.

van der Lee et al. (2004) ont examiné la sensibilité au changement et la validité de construit longitudinale du MAL-14 auprès d’un échantillon de 56 patients en phase chronique de récupération post-AVC qui ont été assignés aléatoirement pour recevoir une TCIM ou un entraînement bilatéral, pendant une période d’intervention de deux semaines. La sensibilité au changement a été mesurée par des ratios de sensibilité (RS). Les résultats ont démontré une sensibilité au changement adéquate pour le MAL-QU et le MAL-QM (respectivement, RS = 1,9 et 2,0). La validité de construit longitudinale a été mesurée en comparant les scores de changement du MAL avec les scores de changement de l’Action Research Arm Test (ARAT) et par une cote de changement global (CCG), en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Les scores de changement entre les mesures ne se sont avérés ni significatifs ni fortement corrélés (MAL-QU vs ARAT : r = 0,16, p = 0,23 ; MAL-QM vs ARAT : r = 0,16, p = 0,25 ; MAL-QU vs CCG : r = 0,20, p = 0,15 ; MAL-QM vs CCG : r = 0,22, p = 0,10).

Uswatte et al (2005b) ont examiné la sensibilité au changement du MAL-14 auprès d’un échantillon de 41 patients en phase chronique de récupération post-AVC (et leurs proches aidants) et ayant reçu une TCIM ou une réadaptation physique générale appariée quant à sa durée. La sensibilité au changement a été mesurée par des ratios de sensibilité (RS). Les résultats ont démontré une grande sensibilité au changement pour les scores des patients (MAL-QU : 3,2 ; MAL-QM : 4,5) et des proches aidants (MAL-QU : 4,3 ; MAL-QM : 3,0).

Uswatte et al (2005b) ont examiné la sensibilité au changement du MAL-14 auprès d’un échantillon de 27 patients en phase chronique de récupération post-AVC (et leurs proches aidants) et qui ont reçu une forme automatisée de TCIM ou une réadaptation physique générale. La sensibilité au changement a été mesurée par des ratios de sensibilité (RS) ; les résultats ont démontré une sensibilité au changement élevée pour le MAL-QU et le MAL-QM (respectivement, RS = 3,8, 5,0).

Hammer et Lindmark (2010) ont examiné la sensibilité au changement et la validité de construit longitudinale du MAL-30 auprès d’un échantillon de 30 patients en phase subaiguë de récupération post-AVC qui ont été assignés aléatoirement pour recevoir une thérapie par contrainte induite ou un programme de réadaptation habituel du membre supérieur. La sensibilité au changement a été mesurée en fonction de l’ampleur de l’effet (AE), des Réponses moyennes standardisées (RMS) et des ratios de sensibilité (RS) du début de l’étude à la fin de l’intervention (à 2 semaines), et du début de l’étude au moment d’un suivi (à 3 mois). L’ampleur de l’effet pour le MAL-QU et le MAL-QM allait de modérée à élevée du début de l’étude à la fin de l’intervention (MAL-QU : 0,51 ; MAL-QM : 0,54), et du début de l’étude au moment du suivi (MAL-QU : 1,02 ; MAL-QM : 1,17), ce qui indique une sensibilité pour détecter le changement. Les RMS étaient élevées du début de l’étude à la fin de l’intervention (MAL-QU : 1,28 ; MAL-QM : 1,03), et du début de l’étude au moment du suivi (MAL-QU : 1,14 ; MAL-QM : 1,19). Une RMS plus élevé comparativement à l’AE reflète une plus faible variabilité dans les scores de changement que les scores de référence. Les RS étaient élevés du début de l’étude à la fin de l’intervention (MAL-QU : 1,22 ; MAL-QM : 1,23), et du début de l’étude au moment du suivi (MAL-QU : 2,44 ; MAL-QM : 2,69). La validité de construit longitudinale a été mesurée en comparant le score de la sous-échelle Membre supérieur de la Fugl-Meyer Assessment (FMA-MS), l’ARAT, la sous-échelle Membre supérieur de la Motor Assessment Scale (MAS-MS), le 16-hole peg test (16HPT) et le ratio de la force de préhension isométrique (Grippit ratio of isometric grip strength), en utilisant les coefficients de corrélation Spearman. Les corrélations avec la MAS-MS étaient significatives et adéquates du début de l’étude au moment du suivi (MAL-QU r = 0,53, MAL-QM r = 0,47) ; et avec la FMA-MS du début de l’étude à la fin de l’intervention (MAL-QU r = 0,44, MAL-QM r = 0,67) et du début de l’étude au moment du suivi (MAL-QU r = 0,39, MAL-QM r = 0,43).

Khan et al. (2013) ont examiné la sensibilité au changement de la version allemande du MAL-30 auprès d’un échantillon de 42 patients en phase aiguë à chronique de récupération post-AVC, en utilisant la Réponse moyenne standardisée (RMS). Les participants ont été stratifiés en deux groupes selon le niveau de fonction du bras et de la main à l’aide du Chedoke McMaster Stroke Assessment (CSMA). Des mesures ont été prises au départ de l’étude, lors du congé de la réadaptation, et au moment d’un suivi (à 6 mois). Les scores de changement du groupe présentant des fonctions inférieures (score du bras et de la main du CSMA ≤ 6) ont révélé une grande sensibilité au changement du MAL-QU et du MAL-QM du départ de l’étude au moment du congé (respectivement, RMS = 0,93, et 0,94) et du départ de l’étude au moment du suivi (respectivement, RMS = 0,95, et 0,98), mais faible du moment du congé au moment du suivi (respectivement, RMS = 0,20, et 0,42). Les scores de changement du groupe présentant des fonctions élevées (score du bras et de la main CSMA > 6) ont démontré une grande sensibilité au changement du MAL-QU et du MAL-QM du départ de l’étude au moment du congé (respectivement, RMS = 1,43, et 1,31) et du départ de l’étude au moment du suivi (respectivement, RMS = 1,34, et 1,33), mais une faible sensibilité au changement du départ de l’étude au moment du suivi (respectivement, RMS = 0,22, et 0,24). Les auteurs ont conclu que le MAL est une mesure sensible lorsque la période d’intervention est incluse dans l’intervalle de temps mesuré.

Simpson et Eng (2013) ont effectué une revue de la littérature des évaluations du membre supérieur couramment utilisées en réadaptation post-AVC, y compris le MAL. Dans les études qui mesurent des résultats à la suite d’une TCIM, le changement observé (c.-à-d. la perception du changement de la part des patients et l’ampleur de l’effet) s’est avéré de 1,6 à 6,2 fois plus important que les mesures du changement fonctionnel comme l’ARAT ou le WMFT. De façon similaire, les évaluations qui mesurent la fonction perçue dans l’environnement de l’individu exigent des changements de pourcentage plus importants que les mesures de rendement en laboratoire pour dépasser l’erreur de mesure. Le Changement minimal détectable pour le MAL-QU variaient de 72,5 % à 86,7 % (niveaux de confiance de 90 % et 95 %).

Taub et al. (2013) ont examiné l’ampleur de l’effet (AE) du LF-MAL auprès d’un échantillon de 6 personnes en phase chronique de récupération post-AVC qui ont utilisé des orthèses et du matériel adapté à l’extérieur du laboratoire pendant 6 séances (phase A), puis ont reçu une TCIM modifiée combinée à une thérapie neuro-développementale pendant 15 jours de semaine consécutifs, avec utilisation continue de dispositifs fonctionnels (phase B). L’ampleur de l’effet a été calculée à partir (i) du départ de l’étude au début de la TCIMm ; (ii) du début à la fin de la TCIMm; et (iii) du départ de l’étude à la fin de la TCIMm, et de grandes ampleurs de l’effet ont été relevées à tous les temps de mesure (respectivement AE = 2,6, 2,1 et 3,0, p < 0,002).

Sterr et al. (2014) ont examiné l’effet du traitement auprès d’un échantillon de 65 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont reçu quatre différents protocoles d’intervention d’une TCIM dont l’intensité et l’utilisation de la contrainte différaient. L’analyse de l’ensemble du groupe a révélé un grand effet significatif du traitement entre le début et la fin de l’intervention (MAL-QU : d = 1,19 ; MAL-QM : d = 1,38) ; l’effet du traitement entre la fin de l’intervention et le moment d’un suivi à 6 mois s’est avéré faible mais significatif, seulement pour le MAL-QU (d = 0,4). L’effet du traitement ne s’est pas avéré significatif au moment d’un suivi à 12 mois. Une association positive et significative entre l’intensité de l’entraînement et l’amélioration a été relevé sur les scores du MAL-QU.

Sensibilité et spécificité :
Chen et al. (2012) ont examiné le Changement minimal détectable (CMD) du MAL. Cette étude a utilisé les données de l’étude EXCITE, au cours de laquelle 222 patients en phase subaiguë et chronique de récupération post-AVC ont été assignés aléatoirement pour recevoir une Thérapie par contrainte induite du mouvement (TCIM) pendant 2 semaines (n = 106) ou aucune intervention particulière (n = 116). Le CMD avec un intervalle de confiance de 90 % a été calculé à partir des données pré- et post-test du groupe témoin. Le CMD du MAL-QU était de 16,8 % (erreur standard de la moyenne de 7,2 %), ce qui indique qu’un changement de la quantité d’utilisation du membre supérieur affecté plus grand que 16,8 % est nécessaire afin d’être certain à 90 % que le changement n’est pas dû à une erreur de mesure. Le CMD (IC à 90 %) du MAL-QM était de 15,4 % (erreur standard de la moyenne de 6,6 %), ce qui indique une sensibilité plus élevée que l’échelle MAL-QU. Après l’intervention, le groupe de TCIM a démontré une augmentation de 84,6 % des scores sur le MAL-QU et de 72,2 % des scores sur le MAL-QM. Les deux scores du MAL dépassaient le CMD et étaient sensibles au changement dans le contexte de cette intervention.

Simpson, Conroy & Beaver (2015) ont examiné la sensibilité du MAL-28 auprès d’un échantillon de 9 patients ayant subi un AVC, en le comparant avec la Fugl-Meyer Assessment, le Wolf Motor Function Test et la Stroke Iimpact Scale. Les mesures ont été prises au début de l’étude, après l’intervention, et au moment d’un suivi, et les corrélations ont été analysées en utilisant les coefficients de corrélation de Spearman. Les changements des scores sur le MAL-QU se sont avérés sensibles aux changements des scores du domaine Physique de la SIS (ρ = 0,7342, p <0,0243). Les changements des scores sur le MAL-QM se sont avérés sensibles aux changements des scores évaluant la Capacité fonctionnelle du WMFT (ρ = 0,6245, p <0,0722).

Références

Ashford, S., Slade, M., Malaprade, F., & Turner-Stokes, L. (2008). Evaluation of functional outcome measures for the hemiparetic upper limb: a systematic review. Journal of Rehabilitation Medicine, 40, 787-95.
DOI: 10.2340/16501977-0276

Cakar, E., Dincer, U., Zeki, M., Kilac, H., Tongur, N., & Taub, E. (2010). Turkish adaptation of Motor Activity Log-28. Turkish Journal of Physical Medicine and Rehabilitation, 56, 1-5.
http://www.ftrdergisi.com/eng/arsiv.asp

Chen, H.L., Lin, K.C., Hsieh, Y.W., Wu, C.Y., Liing, R.J., & Chen, C.L. (2018). A study of predictive validity, responsiveness, and minimal clinically important difference of arm accelerometer in real-world activity of patients with chronic stroke. Clinical Rehabilitation, 32(1), 75-83.
DOI: 10.1177/0269215517712042

Chen, S., Wolf, S.L., Zhang, Q., Thompson, P.A., & Winstein, C.J. (2012). Minimal detectable change of the Actual Amount of Use Test and the Motor Activity Log: the EXCITE trial. Neurorehabilitation and Neural Repair, 26(5), 507-14.
DOI: 10.1177/1545968311425048

Chuang, I.-C., Lin, K.-C., Wu, C.-Y., Hsieh, Y.-W., Liu, C.-T., & Chen, C.-L. (2017). Using Rasch analysis to validate the Motor Activity Log and the Lower Functioning Motor Activity Log in patients with stroke. Physical Therapy, 97(10), 1030-40.
DOI: 10.1093/pjpzs071

Dettmers, C., Teske, U., Hamzei, F., Uswatte, G., Taub, E., & Weiller, C. (2005). Distributed form of constraint-induced movement therapy improves functional outcome and quality of life after stroke. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86, 204-9.
DOI: 10.1016/j.apmr.2004.05.007

Hammer, A.M. & Lindmark, B. (2010). Responsiveness and validity of the Motor Activity Log in patients during the subacute phase after stroke. Disability and Rehabilitation, 32(14), 1184-93.
DOI: 10.3109/09638280903437253

Huseyinsinoglu, B.E., Ozdincler, A.R., Ogul, O.E., & Krespi, Y. (2011). Reliability and validity of Turkish version of Motor Activity Log-28. Turkish Journal of Neurology, 17(2), 83-9.

Johnson, A., Judkins, L., Morris, D.M., Uswatte, G., & Taub, E. (2003). The validity and reliability of the 45-item Upper Extremity Motor Activity Log. Journal of Neurologic Physical Therapy, 27(4), 172.

Khan, C.M. & Oesch, P. (2013). Validity and responsiveness of the German version of the Motor Activity Log for the assessment of self-perceived arm use in hemiplegia after stroke. NeuroRehabilitation, 33, 413-21.
DOI: 10.3233/NRE-130972

Kunkel, A., Kopp, B., Muller, G., Villringer, K., Villringer, A., Taub, E., & Flor, H. (1999). Constraint-induced movement therapy for motor recovery in chronic stroke patients. Archives of Physical Medicine & Rehabilitation, 80, 624-8.
PMID: 10378486.

Li, K.-Y., Lin, K.-C., Wang, T.-N., Wu, C.-Y., Huang, Y.-H., & Ouyang, P. (2012). Ability of three motor measures to predict functional outcomes reported by stroke patients after rehabilitation. NeuroRehabilitation, 30, 267-75.
DOI: 10.3233/NRE-2012-0755

Lin, K.-C., Chuang, L.-L., Wu, C.-Y., Hsieh, Y.-W., & Chang, W.-Y. (2010a). Responsiveness and validity of three dexterous function measures in stroke rehabilitation. Journal of Rehabilitation Research & Development, 47(6), 563-72.
DOI:10.1682/JRRD.2009.09.0155

Lin, K.-C., Fu, T., Wu, C.-Y., Hsieh, Y.-W., Chen, C.-L., & Lee, P.-C. (2010b). Psychometric comparisons of the Stroke Impact Scale 3.0 and Stroke-Specific Quality of Life Scale. Quality of Life Research, 19(3), 435-43.
DOI 10.1007/s11136-010-9597-5

Miltner, W.H.R., Bauder, H., Sommer, M., Dettmers, C., & Taub, E. (1999). Effects of constraint-induced movement therapy on patients with chronic motor deficits after stroke: a replication. Stroke, 30(3), 586-92.
PMID: 10066856

Page, S. (2003). Forced use after TBI: promoting plasticity and function through practice. Brain Injury, 17(8), 675-84.
DOI: 10.1080/0269905031000107160

Pereira, N.D., Ovando, A.C., Michaelsen, S.M., Anjos, S.M.D., Lima, R.C.M., Nascimento, L.R., & Teixeira-Salmela, L.F. (2012). Motor Activity Log-Brazil: reliability and relationships with motor impairments in individuals with chronic stroke. Arquivos de Neuro-Psiquiatria, 70(3), 196-201.

Saliba, V.A., Magalhães, L.C., Faria, C.D., Laurentino, G.E.C., Cassiano, J.G., Teixeira-Salmela, L.F. (2011). [Cross-cultural adaptation and analysis of the psychometric properties of the Brazilian version of the Motor Activity Log]. Revista Panamericana de Salud Pública, 30(3), 262-71.
https://www.researchgate.net/publication/266487017

Santisteban, L., Teremetz, M., Bleton, J.-P., Baron, J.-C., Maier, M.A., & Lindberg, P.G. (2016). Upper limb outcome measures used in stroke rehabilitation studies: a systematic literature review. Plos One, May 6.
DOI: 10.1371/journal.pone.0154792

Shindo, K., Oba, H., Hara, J., Ito, M., Hotta, F. & Liu, M. (2015). Psychometric properties of the simple test for evaluating hand function in patients with stroke. Brain Injury, 29(6), 772-6.
DOI: 10.3109/02699052.2015.1004740

Silva, E.S.M., Pereira, N.D., Gianlorenço, A.C.L., & Camargo, P.R. (2018). The evaluation of non-use of the upper limb in chronic hemiparesis is influenced by the level of motor impairment and difficulty of the activities – proposal of a new version of the Motor Activity Log. Physiotherapy Theory and Practice,
DOI: 10.1080/09593985.2018.1460430

Simpson, A., Conroy, S., & Bever, C. (2015). Preliminary assessment of the Motor Activity Log-28 in patients with chronic stroke. Neurology, 84(14 Supplement), P5.174.

Simpson, L.A. & Eng, J.J. (2013). Functional recovery following stroke: capturing changes in upper extremity function. Neurorehabilitation and Neural Repair, 27(3), 240-50.
DOI: 10.1177/1545968312461719

Sterr, A., O’Neill, D., Dean, P.J.A., & Herron, K.A. (2014). CI therapy is beneficial to patients with chronic low-functioning hemiparesis after stroke. Frontiers in Neurology, 5, 204.
DOI: 10.3389/fneur.2014.00204

Taub, E., Miller, N.E., Novack, T.A., Cook, E.W., Fleming, W.C., Nepomuceno, C.S., Connel, J.S., & Crago, J.E. (1993). Technique to improve chronic motor deficit after stroke. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 74(4), 347-54.
PMID: 8466415

Taub, E. & Uswatte, G. (2000). Constraint-induced movement therapy and massed practice. Stroke, 31(4), 986-8.
PMID: 10754013.

Taub, E., Uswatte, G., Bowman, M.H., Mark, V.W., Delgado, A., Bryson, C., Morris, D., & Bishop-McKay, S. (2013). Constraint-induced movement therapy combined with conventional neurorehabilitation techniques in chronic stroke patients with plegic hands: a case series. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 94, 86-94.
DOI: 10.1016/j.apmr.2012.07.029

Taub, E., Uswatte, G., & Pidikiti, R. (1999). Constraint-induced movement therapy: a new family of techniques with broad application to physical rehabilitation – a clinical review. Journal of Rehabilitation Research & Development, 36(3), 237-51.
PMID: 10659807

Uswatte. G. & Taub, E. (2005). Implications of the learned nonuse formulation for measuring rehabilitation outcomes: lessons from constraint-induced movement therapy. Rehabilitation Psychology, 50(1), 34-42.
DOI: 10.1037/0090-5550.50.1.34

Uswatte, G., Giuliani, C., Winstein, C., Zeringue, A., Hobbs, L., & Wolf, S.L. (2006a). Validity of accelerometry for monitoring real-world arm activity in patients with subacute stroke: evidence from the extremity constraint-induced therapy evaluation trial. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 87, 1340-5.
DOI: 10.1016/j.apmr.2006.06.006

Uswatte, G., Taub, E., Morris, D., Light, K., & Thompson, P.A. (2006b). The Motor Activity Log-28: assessing daily use of the hemiparetic arm after stroke. Neurology, 67(7), 1189-94.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17030751

Uswatte, G., Foo, W.L., Olmstead, H., Lopez, K., Holand, A., & Simms, L.B. (2005a). Ambulatory monitoring of arm movement using accelerometry: an objective measure of upper-extremity rehabilitation in persons with chronic stroke. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 86, 1498-1501.
PMID: 16003690

Uswatte, G., Taub, E., Morris, D., Vignolo, M., & McCulloch, K. (2005b). Reliability and validity of the upper-extremity Motor Activity Log-14 for measuring real-world arm use. Stroke, 36(11), 2493-6.
DOI: 10.1161/01.STR.0000185928.90848.2e

van der Lee, J.H., Beckerman, H., Knol, D.L., de Vet, H.C.W., & Bouter, L.M. (2004). Clinimetric properties of the Motor Activity Log for the assessment of arm use in hemiparetic patients. Stroke, 35, 1410-14.
DOI: 10.1161/01.STR.0000126900.24964.7e

van der Lee, J.H., Wagenaar, R.C., Lankhorst, G.J., Vogelaar, T.W., Deville, W.L., & Bouter, L.M. (1999). Forced use of the upper extremity in chronic stroke patients: results from a single-blind randomized clinical trial. Stroke, 30, 2369-75.

Wu, C.-Y., Chuang, L.-L., Lin, K.-C., & Horng, Y.-S. (2011). Responsiveness and validity of two outcome measures of instrumental activities of daily living in stroke survivors receiving rehabilitative therapies. Clinical Rehabilitation, 25, 175-83.
DOI: 10.1177/0269215510385482