Adelaide Driving Self-Efficacy Scale (ADSES)

Résumé

Une recension de la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes sur les propriétés psychométriques de l’Adelaide Driving Self-Efficacy Scale. Seulement deux études ont été identifiées (Stapleton, Connolly & O’Neill, 2012; George, Clark & Crotty, 2007). Des recherches supplémentaires sur les propriétés psychométriques de l’échelle sont nécessaires étant donné que la plupart des informations actuellement disponibles proviennent des auteurs de l’échelle.

Effets plancher/plafond

Stapleton, Connolly et O’Neill (2012) ont recruté 46 patients ayant subi un AVC (moyenne de 2 mois post-AVC) pour examiner l’utilisation de l’ASDES et de la version de l’ADSES complétée par un proche aidant (ADSES-P) pour évaluer la conduite après un AVC. Les auteurs ont noté un effet plafond pour tous les items individuels de l’ADSES et de l’ADSES-P. Les auteurs ont expliqué cet effet par le fait que la plupart des participants étaient au stade initial de leur AVC et, ainsi, il est possible qu’ils ne soient pas conscients de l’impact de leur AVC sur leurs capacités à conduire un véhicule.

Fidélité

Cohérence interne :
George, Clark et Crotty (2007) ont examiné la cohérence interne de l’ADSES auprès d’un échantillon de 81 patients ayant subi un AVC et de 79 individus n’ayant pas subi d’AVC, en utilisant un coefficient alpha de Cronbach. La cohérence interne de l’échelle était excellente (α = 0,98) et est demeurée inchangée pour tous les items.

Inter-juges :
Aucune étude n’a examiné la validité inter-juges de l’ADSES.

Intra-juge :
Aucune étude n’a examiné la fidélité intra-juge de l’ADSES.

Test-retest :
Aucune étude n’a examiné la fidélité test-retest de l’ADSES.

Validité

Validité de contenu :
George, Clark et Crotty (2007) ont effectué une revue de littérature à propos du sentiment d’efficacité personnelle et des conducteurs âgés et ont, par la suite, combiné cette information avec leur propre expérience clinique pour générer une liste de comportements de conduite qui peuvent être influencés par une condition médicale, telle qu’un AVC. La validité de contenu a été évaluée par un groupe d’experts composé (i) d’instructeurs en mobilité du Guide Dogs Association of South Australia and Northern Territory Inc.; (ii) d’ergothérapeutes formés pour la conduite automobile; et (iii) du comité directeur du projet, ce qui a mené à une liste finale de 12 items.

Validité de critère :
Validité concourante :
Aucune étude n’a examiné la validité concourante de l’ADSES.

Validité prédictive :
Stapleton et al. (2012) ont recruté 46 patients ayant subi un AVC (moyenne de 2 mois post-AVC) pour comparer les scores à l’ADSES et à l’ADSES-P avec des évaluations de conduite automobile sur route, en utilisant le rho de Spearman. Les évaluations de conduite automobile sur route ont été menées auprès de 35 participants en utilisant le Jewish Rehabilitation Hospital Road Evaluation Form (JRHREF) et la version belge du Test Ride for Investigating Practical Fitness to Drive (TRIP). Les résultats ont démontré des corrélations adéquates entre l’ADSES et les évaluations de la conduite automobile sur route (JRHREF, r=0,497; TRIP, r=0,433) et des corrélations allant d’adéquates à excellentes entre l’ADSES-P et les évaluations de la conduite automobile sur route (JRHREF, r=0,614; TRIP, r=0,507).

George, Clark et Crotty (2007) ont examiné la validité de critère de l’ADSES en comparant les scores à l’ADSES avec une évaluation sur route standardisée auprès d’un échantillon de 45 participants comprenant des conducteurs âgés, des personnes ayant subi un AVC (n = 34), des personnes ayant subi des lésions cérébrales traumatiques ou ayant d’autres conditions. Des tests-t à échantillons indépendants ont été utilisés pour examiner la relation entre les scores sur l’ADSES et les résultats de réussite ou échec à l’examen de conduite automobile sur route. Les résultats ont démontré une relation significative entre les scores totaux à l’ADSES et la performance à l’évaluation sur route pour l’ensemble de la cohorte et le sous-groupe ayant subi un AVC (p ˂ 0,01; p ˂ 0,05 respectivement), alors que ceux qui ont échoué à l’évaluation de la conduite automobile sur route ont obtenu un faible score total à l’ADSES. Ces résultats démontrent que le sentiment d’auto-efficacité au niveau de la conduite automobile, comme mesuré par l’ADSES, était prédictif du résultat à l’évaluation de la conduite automobile sur route.

Validité de construit :
Validité convergente/discriminante :
McNamara, Walker, Ratcliffe et George (2015) ont examiné la validité convergente de l’ADSES et du Driving Habits Questionnaire (DHQ) auprès d’un échantillon de 40 patients ayant subi un AVC qui ont recommencé à conduire dans les 3 années précédentes, en utilisant un coefficient de corrélation de Pearson. Une relation significative a été relevée entre l’ADSES et trois aspects du DHQ : (i) le secteur de conduite (r = 0,35) ; (ii) le nombre de kilomètres parcourus par semaine (r = 0,43) ; et (iii) les restrictions personnelles de conduite (r = 0,63).

Stapleton, Connolly et O’Neill (2012) ont examiné la validité convergente de l’ADSES et de l’ADSES-P auprès d’un échantillon de 46 patients ayant subi un AVC (moyenne de 2 mois post-AVC), en utilisant un rho de Spearman. Les résultats ont démontré une excellente corrélation à l’évaluation initiale (r = 0,707) et au suivi de 6 mois (r = 0,927). Alors qu’il n’y avait pas de différence significative dans les scores à l’ADSES de l’évaluation initiale au suivi de 6 mois, une différence significative a été relevée dans les scores à l’ADSES-P entre les deux points dans le temps (p = 0,028).

Validité des groupes connus :
McNamara, Ratcliffe et George (2014) ont examiné la validité des groupes connus de l’ADSES auprès d’un échantillon de 40 patients ayant subi un AVC qui ont recommencé à conduire, et de 114 conducteurs âgés qui n’ont pas subi d’AVC, en utilisant un test U de Mann-Whitney. Aucune différence significative n’a été notée dans les scores à l’ADSES entre les conducteurs qui ont eu un AVC et ceux qui n’ont pas subi d’AVC (t (153) = 0,3 ; P = 0,58).

George, Clark et Crotty (2007) ont examiné la validité des groupes connus de l’ADSES en comparant les scores sur l’ADSES de participants qui ont subi un AVC (n = 81) avec un échantillon normatif d’individus qui n’ont pas subi d’AVC (n = 79), en utilisant un test t à échantillons indépendants. Une différence significative a été relevée dans les scores à l’ADSES entre les groupes (p ˂ 0,05).

Sensibilité au changement

Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement de l’ADSES.

Références
    • George, S., Clark, M., & Crotty, M. (2007). Development of the Adelaide driving self-efficacy scale. Clinical Rehabilitation, 21(1), 56-61.
    • McNamara, A., Ratcliffe, J., & George, S. (2014). Evaluation of driving confidence in post‐stroke older drivers in South Australia.Australasian Journal on Ageing33(3), 205-207.
    • McNamara, A., Walker, R., Ratcliffe, J., & George, S. (2015). Perceived confidence relates to driving habits post-stroke.Disability and Rehabilitation37(14), 1228-1233.
    • Stapleton, T., Connolly, D., & O’Neill, D. (2012). Exploring the relationship between self‐awareness of driving efficacy and that of a proxy when determining fitness to drive after stroke. Australian Occupational Therapy Journal, 59(1), 63-70.