Canadian Neurological Scale (CNS)

Résumé

Dans le cadre de cette revue détaillée, une recherche dans la littérature a été menée pour identifier toutes les publications pertinentes concernant les propriétés psychométriques de la CNS.

Effets plancher/plafond

Les effets de plancher/plafond n’ont pas encore été examinés pour cet outil de mesure.

Fidélité

Cohérence interne :
Cote et al. (1986) ont examiné la cohérence interne de la CNS auprès de 34 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. Quatre évaluateurs (un neurologue, un résident en neurologie et deux infirmières) ont évalué les patients. La cohérence interne, calculée à l’aide du coefficient alpha de Cronbach, s’est avérée excellente dans tous les domaines (faiblesse de la jambe 0,896 ; faiblesse du visage 0,934 ; faiblesse du bras distal 0,969 ; orientation 0,979 ; faiblesse du bras proximal 0,98 ; langage 1,00). Aucune différence entre l’évaluation des professionnels n’a été relevée.

Intra-juge :
La fidélité intra-juge n’a pas été examinée.

Inter-juges :
Cote et al. (1986) ont examiné la fidélité inter-juges de la CNS auprès de 34 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. Quatre évaluateurs (un neurologue, un résident en neurologie et deux infirmières) ont évalué les patients à un intervalle de 2 à 4 heures à l’aide de la CNS. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide de statistiques kappa, allait d’adéquate à excellente pour tous les domaines (faiblesse des jambes 0,722-0,842 ; faiblesse faciale 0,535-1,00 ; faiblesse du bras distal 0,758-0,974 ; orientation 0,744-1,00 ; faiblesse du bras proximal 0,788-1,00 ; et langage 0,934-1,00).

Brushnell, Johnston et Goldstein (2001) ont examiné la fidélité inter-juges rétrospective des résultats de la CNS et de la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS). Ils ont comparé les données d’un Centre médical universitaire avec celles d’un hôpital communautaire avec neurologues et d’un hôpital communautaire sans neurologue. La fidélité inter-juges de la CNS, calculée à l’aide des coefficients de corrélation Intraclass (CCI), s’est révélée excellente pour tous les dossiers examinés (Centre médical universitaire CCI = 0,97 ; hôpital communautaire avec neurologues 0,88 ; hôpital communautaire sans neurologue 0,78). La fidélité inter-juges de la NIHSS s’est avérée excellente pour les dossiers examinés par le Centre médical universitaire et l’hôpital communautaire avec neurologues (respectivement, CCI = 0,93; 0,89). Toutefois, seul un accord adéquat a été relevé pour les dossiers examinés de l’hôpital communautaire sans neurologue (CCI = 0,48). Il manquait davantage de données pour la NIHSS comparativement à celles manquantes pour la CNS, probablement parce que la NIHSS exige un examen neurologique plus détaillé. Ces résultats suggèrent que la notation rétrospective avec la CNS est fiable, que le dossier médical contienne ou non du matériel d’évaluation provenant d’un neurologue.

Test-retest :
La fidélité test-retest de la CNS n’a pas été évaluée.

Validité

Contenu :
La validité de contenu n’a pas été évaluée.

Critère :
Concourante :
Cote et al. (1989) ont évalué la validité concourante de la CNS dans l’étude de validation initiale portant sur 157 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. Les patients ont été évalués par le personnel en neurologie ou des résidents en neurologie lors de leur admission à l’hôpital, et ont été classés comme présentant un déficit nul, léger, modéré ou sévère suite à leur AVC. Les infirmières ont ensuite évalué les patients à l’aide de la CNS et de la Glascow Coma Scale (GCS). Un intervalle moyen de 3,71 heures s’est écoulé entre les évaluations. La validité concourante a été évaluée en corrélant les items de la CNS avec les composants appropriés de l’examen neurologique ; et en corrélant le score total de la CNS avec l’évaluation globale à l’examen neurologique (déficit nul, léger, modéré ou sévère). La validité concourante, telle que mesurée par la corrélation de rang de Spearman, s’est avérée excellente entre l’examen neurologique global et le score total de la CNS (0,775). La validité concourante entre les composants neurologiques et la CNS s’est avérée excellente pour l’évaluation de l’orientation (0,716), le langage (0,691) et la faiblesse (0,767) ; et adéquate pour le niveau de conscience (0.574).

Prédictive :
Cote et al. (1989) ont évalué la validité prédictive de la CNS auprès de 157 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. Trois conséquences possibles suite à l’AVC ont été évaluées : 1) la mort dans les 6 mois ; 2) un évènement vasculaire quelconque dans les 6 mois (par exemples : infarctus du myocarde, AVC, mort vasculaire) ; et 3) l’indépendance dans les AVQ à 5 mois ou plus. Il a été constaté que les scores initiaux de la CNS prédisaient de manière significative le décès dans les 6 mois, la morbidité et le rétablissement des AVQ dans les 5 mois. Chez les patients avec des scores sur la CNS plus grand que 11, seulement 2,1% étaient décédés après 6 mois, 2,1% avaient subi un autre événement vasculaire et approximativement 90% étaient indépendants dans les AVQ après 5 mois ou plus. Chez les patients avec des scores initiaux plus bas que 9, 13,2% étaient décédés après 6 mois, 20,6% avaient subi un autre événement vasculaire et moins de 50% étaient indépendants dans les AVQ à 5 mois ou plus.

Muir et al. (1996) ont comparé la CNS, la National Institute of Health Stroke Scale (NIHSS) et le Middle Cerebral Artery Stroke Score (MCANS) pour déterminer quelle échelle prédisait le mieux les issues positives (en vie à la maison) et les issues négatives (en vie nécessitant des soins ou décédé) après 3 mois, auprès de 373 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. La précision prédictive des variables a été comparée par les courbes ROC et une régression logistique par étapes (stepwise). La régression logistique a démontré que la NIHSS augmentait significativement la valeur prédictive de tous les autres scores. La précision globale pour la CNS, la NIHSS et le MCANS, calculée séparément, était adéquate (respectivement, 0,79; 0,79 et 0,83).

Sensibilité/Spécificité :
La sensibilité/spécificité n’a pas été examinée.

Construit :
Convergente/Discriminante :
Cote et al. (1989) ont évalué la validité discriminante de la CNS et de la Glascow Coma Scale (GCS) en comparant les résultats de ces instruments avec un examen neurologique habituel. Les résultats sur la CNS et sur la GCS de 157 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC ont été comparés avec un examen neurologique habituel. Une excellente corrélation a été relevée entre le score total sur la CNS et l’examen neurologique habituel (r2 = 0,769). Cependant, seule une corrélation adéquate a été relevée entre la GCS et l’examen neurologique habituel (r2 = 0,563). Ces résultats suggèrent que la CNS peut, d’une meilleure façon, discriminer les déficits neurologiques.

Groupes connus :
La validité de groupes connus n’a pas été examinée.

Sensibilité au changement

Cote et al. (1989) ont évalué la sensibilité au changement de la CNS auprès de 79 patients en phase aiguë de récupération d’un AVC. La CNS a été administrée lors de l’admission et au cours des 48 premières heures de l’hospitalisation. Les patients étaient classés en deux catégories de la manière suivante : 1) le patient est resté stable durant les 48 premières heures; 2) le statut du patient a changé durant les 48 premières heures. Un changement de pointage de ≥ 1 avait la plus grande valeur prédictive négative (0,969), avec une sensibilité de 0,933 et une spécificité de 0,508. Les résultats de cette étude suggèrent que la CNS peut être utilisée pour faire le suivi clinique des différences significatives du statut neurologique.

Hagen, Bugge et Alexander (2003) ont examiné la sensibilité au changement de la CNS et d’autres outils de mesure couramment utilisées auprès de 136 patients au début de la période post-AVC. Les mesures d’évaluation ont été administrées à 1, 3 et 6 mois après l’AVC. La sensibilité de la CNS pour détecter le changement de 1 à 3 mois et de 3 à 6 mois, calculée par la Réponse moyenne standardisée (RMS), était faible (respectivement, RMS = 0,2860 et 0,2849). Ces résultats suggèrent que la CNS a une certaine habileté pour détecter le changement auprès de patients en phase subaiguë de récupération d’un AVC.

Références
  • Bushnell, C.D., Johnston, D.C.C. & Goldstein, L. B. (2001). Retrospective assessment of the initial stroke severity: Comparison of the NIH Stroke Scale and the Canadian Neurological Scale. Stroke, 32, 656-660.
  • Cote, R., Battista, R.N., Wolfson, C., Boucher, J., Adam, J., Hachinski, V. (1989). The Canadian Neurological Scale: Validation and reliability assessment. Neurology, 39, 638-643.
  • Cote, R., Hachinski, V., Shurvell, B., Norris, J. & Wolfson, C. (1986). The Canadian Neurological Scale: A preliminary study in acute stroke. Stroke, 17(4), 731-737.
  • Cuspineda, E., Machado, C., Aubert, E., Galan, L, Liopis, F, Avila, Y. (2003). Predicting outcome in acute stroke: A comparison between QEEG and the Canadian Neurological Scale. Clinical Electroencephalography, 34(1), 1-4.
  • Muir, K.W., Weir, C.J., Murray, G.D., Povey, C., Lees, K.R. (1996). Comparison of neurological scales and scoring systems for acute stroke prognosis. Stroke, 27, 1817-1820.
  • Nilanont, Y., Komoitri, C., Saposnik, G., Cote, R., Di Legge, S., Jin, Y. et al. (2010). The Canadian Neurological Scale and the NIHSS: Development and validation of a simple conversion model. Cerebrovascular Disease, 30(2), 120-126.
  • Shinar, D., Gross, C.R., Mohr, J.P., Caplan, L.R., Price, T.R., Wolf, P.A. et al. (1985). Interobserver variability in the assessment of neurologic history and examination in the stroke data bank. Archives of Neurology, 42, 557-565.