Wolf Motor Function Test (WMFT)

Résumé

Une revue de la littérature a été menée afin de répertorier toutes les publications pertinentes relatives aux propriétés psychométriques du WMFT auprès d’une clientèle ayant subi un AVC. Trois études ont été retenues.

Effets plancher/plafond
Nijland et coll. (2010) ont étudié les propriétés psychométriques du WMFT et de l’Action Research Arm Test auprès d’un groupe de 40 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie légère à modérée. Les effets de plancher et de plafond du WMFT se sont avérés adéquats avec seulement 5 à 17 % des patients qui obtiennent un score situé dans les extrémités basses ou élevées de l’échelle de cotation.
Fidélité

Cohérence interne :
Morris, Uswatte, Crago, Cook, et Taub (2001) ont examiné la cohérence interne du WMFT auprès de 24 patients ayant subi un AVC. La cohérence interne, calculée à l’aide des coefficients alpha de Cronbach, s’est avérée excellente (α = 0.92).

Nijland et coll. (2010) ont examiné la cohérence interne du WMFT auprès de 40 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie légère à modérée. La cohérence interne, calculée à l’aide des coefficients alpha de Cronbach, s’est avérée excellente (α = 0.98).

Test-retest :
Morris et coll. (2001) ont étudié la fidélité test-retest du WMFT auprès d’un groupe de 24 clients ayant subi un AVC. Les participants ont été évalués à deux reprise à l’intérieur d’un intervalle de 2 semaines. La fidélité test-retest, calculée à l’aide des coefficients de corrélation de Pearson, s’est avérée excellente, aussi bien dans les tests évaluant les capacités fonctionnelles que dans ceux évaluant la performance (respectivement, r = 0,95; r = 0,90).

Whitall, Savin, Harris-Love, et Waller (2006) ont étudié la fidélité test-retest du WMFT auprès d’un groupe de 66 clients ayant subi un AVC. Les participants ont été évalués à deux reprise à l’intérieur d’un intervalle de 2 semaines par le même évaluateur et dans les mêmes conditions. La fidélité test-retest, calculée à l’aide des coefficients de corrélation intraclasse (CCI), s’est avérée excellente (CCI = 0,97).

Inter-juges :
Morris et coll. (2001) ont évalué la fidélité inter-juges du WMFT auprès de 24 patients ayant subi un AVC. Les évaluations ont été menées par un physiothérapeute et ont été filmées. Les enregistrements ont ensuite été évalués par deux physiothérapeutes et un ergothérapeute. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente, aussi bien dans les tests évaluant les capacités fonctionnelles que dans ceux évaluant la performance (respectivement, CCI = 0,93; ICC = 0,99).

Wolf et coll. (2001) ont évalué la fidélité inter-juges du WMFT auprès de 19 patients ayant subi un AVC et 19 individus en santé. Tous les participant ont été évalués indépendamment par deux évaluateurs. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente (CCI = 0,97).

Whitall et coll. (2006) ont estimé la fidélité inter-juges du WMFT auprès d’un groupe de 10 patients ayant subi un AVC. Les évaluations des capacités fonctionnelles ont été filmées, et les enregistrements ont ensuite été évalués par trois observateurs. La fidélité inter-juges s’est avérée fut excellente (CCI = 0,99).

Nijland et coll. (2010) ont étudié les propriétés psychométriques du WMFT et de l’Action Research Arm Test auprès d’un groupe de 40 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie légère à modérée. De ce groupe, 18 patients ont participé à un test de reproductibilité du WMFT et ont, de ce fait, été évalués à deux reprises par le même observateur à environ 10 jours d’intervalle. La fidélité inter-juges, calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente (CCI = 0,94).

Validité

Contenu :
Aucune étude n’a examiné la validité de contenu du WMFT.

Critère :
Concourante :
Wolf et coll. (2001) ont examiné la validité concourante du WMFT en le comparant avec l’Upper Extremity Fugl-Meyer Assessment (UE-FMA – Fugl-Meyer, Jääskö, Leyman, Olsson, & Steglind, 1975), utilisée comme étalon de mesure, auprès de 19 patients ayant subi un AVC. Des corrélations adéquates ont été relevées entre les deux instruments de mesure (r = -0,57)

Whitall et coll. (2006) ont examiné la validité concourante du WMFT en le comparant avec l’UE-FMA, utilisée comme étalon de mesure, auprès de 66 patients ayant subi un AVC. D’excellentes corrélations ont été relevées entre les deux instruments de mesure (r = -0,57)

Nijland et coll. (2010) ont examiné la validité concourante du WMFT en le comparant avec l’Action Research Arm Test (ARAT – Lyle, 1981) auprès d’un groupe de 40 patients ayant subi un AVC et présentant une hémiparésie légère à modérée. Dans cette étude, le score du WMFT a été réparti en 4 variables : score de capacité fonctionnelle, score de vitesse d’exécution moyen, score à l’item 7 et l’item 14 (force de préhension). Les corrélations entre l’ARAT et les 4 variables du WMFT ont été calculées et se sont avérées excellentes : WMFT — capacité fonctionnelle (r = 0,86) ; WMFT — vitesse d’exécution (r = -0,89) ; WMFT — items 7 et 14 (force de préhension) (r = 0,70).

Prédictive :
Aucune étude n’a examiné la validité prédictive du WMFT.

Construit :
Groupes connus :
Wolf et coll. (2001) ont évalué si le WMFT pouvait discriminer les individus ayant une déficience secondaire à un AVC (n=19), de ceux n’ayant aucune déficience (n=19). La validité des groupes connus, calculée avec le test de Wilcoxon, démontre que les scores obtenus au WMFT sont significativement plus élevés pour le groupe d’individu n’ayant aucune déficience, et ce, tant en utilisant la main dominante que la main non-dominante, comparativement aux scores obtenus par le groupe ayant subi un AVC, en utilisant tant le MS affecté que le MS non affecté.

Sensibilité au changement
Aucune étude n’a examiné la sensibilité au changement du WMFT.
Références
  • Barreca, S.R., Gowland, C.K., Stratford, P.W., et al. (2004). Development of the Chedoke Arm and Hand Activity Inventory: Theoretical constructs, item generation, and selection. Topics in Stroke Rehabilitation, 11(4), 31- 42.
  • Bürge, E. et coll. (2013). Qualities of a French version of the Wolf Motor Function Test: A multicenter study. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine, 56, 288–299.
  • Fugl-Meyer, A.R., Jääskö, L., Leyman, I., Olsson, S., & Steglind, S. (1975). The post-stroke hemiplegic patient 1. A method for evaluation of physical performance. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 7, 13-31
  • Lyle, R.C. (1981). A performance test for assessment of upper limb function in physical rehabilitation treatment and research. International Journal of Rehabilitation and Research, 4, 483-492.
  • Morris, D., Uswatte, G., Crago, J., Cook, E., Taub, E. (2001). The reliability of the Wolf Motor Function Test for assessing upper extremity function after stroke. Arch Phys Med Rehabil, 82, 750-755.
  • Nijland, R., van Wegen, E., Verbunt, J, van Wijk, R., van Kordelaar, J. & Kwakkel, G. (2010) A comparison of two validated tests for upper limb function after stroke: The Wolf Motor Function Test and the Action Research Arm Test. Journal of Rehabilitation Medicine, 42, 694-696.
  • Whitall, J., Savin, D., Harris-Love, M., Waller, S. (2006). Psychometric properties of a modified wolf motor function test for people with mild and moderate upper extremity hemiparesis. Arch Phys Med Rehabil, 82, 750-755.
  • Wolf, S., Catlin, P., Ellis, M., Archer, A., Morgan, B., Piacentino, A. (2001). Assessing Wolf Motor Function Test as outcome measure for research in patients after stroke. Stroke, 32, 1635-1639.
  • Wolf, S., Thompson, P., Morris, D., Rose, D., Winstein, C., Taub, E., Giuliani, C., and Pearson, S. (2005). The EXCITE Trial: Atrributes of the Wolf Motor Function test in patients with Subacute Stroke. Neurorehabil Neural Repair, 19, 194-205.