Fugl-Meyer Assessment (FMA)

Résumé

La FMA a été utilisée comme étalon de mesure à partir duquel la validité des autres outils a été comparée. Toutefois, la fidélité et la validité du domaine de la FMA évaluant l’Équilibre (les items d’équilibre assis en particulier) se sont avérées discutables. Tel que mentionné dans la section présentant les Versions alternatives de la FMA, les révisions apportées à la cotation du domaine évaluant l’Équilibre semblent avoir entraîné une augmentation de la fidélité de la mesure (Mao et al. 2002) ; cependant, de plus amples études sur les modifications apportées sont requises. Le domaine de la FMA évaluant la Sensibilité a également été critiqué pour sa faible sensibilité au changement.

Effets plancher/plafond

Lin et al. (2004) ont examiné les propriétés psychométriques du domaine de la FMA évaluant le Sensibilité et ont relevé que ce domaine présentait un grand effet de plafond à tous les moments d’évaluation. À 14-30 jours post-AVC, 44,4% des patients ont atteint le plus haut résultat ; à 30-90 jours, 48,9% ; à 90-180 jours, 62,7% ; et à 14-180 jours, 72,1% des patients ont atteint le plus haut résultat.

Mao et al. (2002) ont comparé les propriétés psychométriques de l’Échelle d’équilibre de Berg, du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, et de la Postural Assessment Scale for Stroke Patients auprès de 123 patients ayant subi un AVC, lors de suivis prospectifs à 14, 30, 90 et 180 jours après la survenue de l’AVC. Le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA a présenté un grand effet de plafond (29,3%) à 14 jours post-AVC.

Hsueh, Hsu, Sheu, Lee, Hsieh et Lin (2009) ont analysé les effets de plancher et/ou de plafond de la FMA, de la version courte de la FMA, de la Stroke Rehabilitation Assessment of Movement (STREAM) et de la version courte de la STREAM auprès de 50 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont été évalués lors de l’admission et au moment du congé du service de réadaptation. Lors de l’admission, la FMA et la version courte de la STREAM ont démontré un excellent effet de plancher et de plafond ; aucun participant n’ayant obtenu les scores minimum ou maximum. Les autres mesures ont démontré des effets adéquats de plancher et de plafond ; 2 à 18 % des patients ayant obtenu les scores les plus bas ou les plus élevés. Au moment du congé, la FMA et la version courte de la STREAM ont démontré un excellent effet de plancher, 0 % des participants ayant obtenu une note de 0 ; les autres mesures ont démontré des effets de plancher et de plafond adéquats, la proportion des patients ayant obtenu les notes minimale et maximale variant de 1 à 20 %.

Fidélité

Lin et al. (2004) ont examiné la cohérence interne de la FMA auprès de 176 patients ayant subi un AVC, entre 14 et 180 jours après l’AVC. Les alphas de Cronbach pour la FMA à quatre de temps de mesure post-AVC se sont avérés excellents, allant d’un alpha = 0,94 à 0,98. La fidélité inter-juges du score total de la FMA s’est également avérée excellente, avec un coefficient de corrélation intra-classe (CCI) de 0,93. Cependant, le niveau d’accord de l’item du domaine Sensibilité évaluant le toucher léger variait de faible à adéquat (le kappa pondéré variant de 0,30 à 0,55).

Platz, Pinkowski, van Wijck, Kim, di Bella et Johnson (2005) ont testé la fidélité test-retest et inter-juges des items de la FMA évaluant le Membre supérieur (incluant les items des domaines évaluant le Fonction motrice, la Sensibilité, l’Amplitude articulaire passive et la Douleur articulaire), l’Action Research Arm Test et le Box and Block Test, auprès de patients présentant de la parésie du membre supérieur suite à un AVC (n=37), de la sclérose en plaques (n=14), ou des lésions traumatiques au cerveau (n=5). La fidélité test-retest de la FMA, calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente (CCI = 0,97 pour le score de Fonction motrice ; CCI = 0,81 pour la Sensibilité ; CCI = 0,95 pour l’Amplitude articulaire passive et la Douleur articulaire). La fidélité inter-juges pour le sous-score Membre supérieur de la FMA, calculée à l’aide des CCI, s’est également avérée excellente (CCI = 0,99 pour le score de Fonction motrice ; CCI = 0,98 pour la Sensibilité ; et CCI = 0,98 pour l’Amplitude articulaire passive et la Douleur articulaire).

Mao et al. (2002) ont comparé les propriétés psychométriques de l’Échelle d’équilibre de Berg, du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, et de la Postural Assessment Scale for Stroke Patients auprès de 123 patients ayant subi un AVC, lors de suivis prospectifs à 14, 30, 90 et 180 jours après la survenue de l’AVC. La médiane des statistiques kappa pondérées pour chaque item du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA était de 0,79 (variant de 0,71 à 0,95), indiquant un excellent accord individuel des items. Les CCI pour le score total du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA était de 0,92 (variant de 0,88 à 0,95), indiquant un excellent accord du score total. L’alpha de Cronbach du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA variait d’un alpha = 0,85 à 0,91 à tous les moments de suivi, indiquant un haut niveau de cohérence interne.

Duncan, Propst et Nelson (1983) ont examiné la fidélité test-retest et la fidélité inter-juges de la FMA auprès de 18 patients en phase chronique de récupération post-AVC. La fidélité test-retest a été examinée avec 5 thérapeutes différents. Les corrélations de Pearson entre les thérapeutes pour chaque composante de la sous-échelle Membre supérieur du domaine évaluant la fonction motrice de la FMA se sont avérées excellentes, allant de r = 0,96 à r = 0,97. Les corrélations de la sous-échelle Membre inférieur du domaine évaluant la fonction motrice se sont également avérées excellentes, allant de r = 0,83 à r = 0,95. Les corrélations du score total de la FMA étaient élevées (r = 0,99). Seuls les sous-scores de réflexe et de coordination du membre supérieur se sont révélés peu fiables, car ils étaient significativement différents d’un évaluateur à l’autre au cours des différents temps de mesure.

Pour évaluer la fidélité test-retest de la FMA présentée dans Duncan et al. (1983), un thérapeute a évalué les patients à trois reprises à des intervalles de trois semaines. Les corrélations de Pearson se sont avérées excellentes pour le score total de la FMA (r = 0,98 à r = 0,99) ; pour la sous-échelle Membre supérieur du domaine évaluant la fonction motrice (r = 0,995 à r = 0,996) ; pour la sous-échelle Membre inférieur du domaine évaluant la fonction motrice (r = 0,96) ; pour le domaine évaluant la Sensibilité (r = 0,95 à r = 0,96) ; pour le domaine évaluant l’Équilibre (r = 0,89 à r = 0,98) ; et les domaines évaluant l’Amplitude articulaire passive et la Douleur articulaire (r = 0,86 à r = 0,99). Aucune différence significative n’a été relevée au cours des différents temps d’évaluation (telle qu’évaluée par une analyse de variance à mesures répétées).

Sanford, Moreland, Swanson, Stratford et Gowland (1993) ont examiné la fidélité inter-juges de la FMA auprès de 12 patients, entre 6 jours et 6 mois pst-AVC. Les patients ont été évalués à un jour d’intervalle par trois physiothérapeutes. La fidélité inter-juges de la FMA a été jugée excellente, avec des CCI globaux de 0,96 pour le score total. Les CCI pour la sous-échelle Membre supérieur du domaine évaluant la fonction motrice, pour la sous-échelle Membre inférieur du domaine évaluant la fonction motrice, le sous-échelle du domaine évaluant la Sensibilité, l’Équilibre et l’Amplitude articulaires se sont avérés excellents (respectivement r = 0,97, 0,92, 0,85, 0,93 et 0,85). Les CCI du domaine évaluant la Douleur articulaire se sont avérés les moins fiables, mais tout de même adéquats, avec des CCI de 0,61.

Beckerman, Vogelaar, Lankhorst, et Verbeek (1996) ont examiné la fidélité test-retest de la FMA auprès de 49 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les patients ont été évalués à deux reprises par un thérapeute, à trois semaines d’intervalle. Les CCI pour la sous-échelle Membre inférieur du domaine évaluant la fonction motrice de la FMA se sont avérés excellents (CCI = 0,86), mais faibles pour le domaine évaluant l’Équilibre (ICC = 0,34). Même si la fidélité test-retest de ce domaine ne s’est pas avérée très fiable, indiquant que la performance des patients était inconsistante, l’accord inter-juges est demeuré grand.

Van der Lee, Beckerman, Lankhorst et Bouter (2001) ont examiné la fidélité test-retest de la sous-échelle Membre supérieur du domaine évaluant la fonction motrice de la FMA auprès de 22 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Deux évaluations ont été administrées avant le début de l’étude, de même qu’au moment d’un suivi à 2 semaines. En utilisant les limites d’accord comme mesure de fidélité test-retest, une différence moyenne lors du test-retest auprès d’une population stable au début de l’étude (14-20 jours) a présenté un résultat fiable (0,8 points) pour la sous-échelle Membre supérieur du domaine évaluant la fonction motrice.

Woodbury, Velozo, Richards, Duncan, Studenski et Lai (2008) ont étudié la fidélité test-retest de la FMA par la stabilité longitudinale des items évaluant le Membre supérieur auprès de 377 clients ayant subi un AVC et dont l’âge moyen était de 60,2 ans (écart-type 11,2). La stabilité longitudinale reflète l’invariance d’une hiérarchie de difficultés d’un item d’une mesure au cours de deux évaluations. Les évaluations avec une version de la FMA légèrement modifié (les 3 items réflexes ont été retirés et les 30 items restants ont été classés selon une séquence hiérarchique) ont été effectuées lors de l’admission et à 6 mois après l’AVC. L’équivalence longitudinale de la structure des items de la FMA a été analysée en estimant la relation entre les étalonnages des difficultés des items au départ de l’étude et au moment d’un suivi à six mois. Les CCI ont été calculés et ont démontré une excellente fidélité (CCI = 0,95). L’uniformité des étalonnages de la difficulté des items dans l’ensemble des occasions de test, sans tenir compte des caractéristiques des clients telles que l’âge et le sexe, calculée à l’aide du fonctionnement différentiel des items (FDI), a démontré que seulement deux items de la FMA (1 : flexion de l’épaule à 180° avec le coude étendu ; et 2 : mouvement du bras à vitesse normale) présentaient un grand FDI, ce qui implique que ces deux items se sont avérés instables entre les évaluations. En dépit de ces items, les auteurs ont signalé que les scores obtenus lors des différents tests pouvaient encore être comparés dans le cadre d’une nouvelle analyse de Rasch et que les items instables supprimés présentaient une légère différence sur les scores de la FMA (0,06 logits).

Hsueh et al. (2009) ont analysé la fidélité test-retest de la FMA, de la STREAM, et de leur versions courtes auprès de 60 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont été évalués à deux reprises dans un intervalle d’une semaine. Les CCI se sont avérés excellents pour les quatres mesures : FMA (CCI = 0,98) ; version courte de la FMA (CCI = 0,96) ; STREAM (CCI = 0,98) ; et version courte de la STREAM (ICC = 0,97).

Sullivan et al. (2011) ont élaboré une méthode de mesure standardisée et un programme de formation des juges pour la FMA, et ont ensuite utilisé la fidélité intra-juge et inter-juges pour examiner l’efficacité du programme. Après avoir suivi le programme de formation, 17 physiothérapeutes et un évaluateur expert (ayant 30 ans d’expérience) ont évalué 15 patients en phase subaiguë de récupération post-AVC. Les évaluations initiales ont été enregistrées sur vidéo et examinées par la suite par l’évaluateur expert. La fidélité intra-juge de l’évaluateur expert, calculée à l’aide des CCI, s’est avérée excellente pour tous les domaines de la FMA (allant de CCI = 0,95 à 1,0). La fidélité inter-juges entre l’évaluateur expert et les thérapeutes formés, calculée à l’aide des CCI, s’est également avérée excellente pour tous les domaines de la FMA (allant de CCI = 0,87 à 0,99).

Validité

Contenu :
Woodbury, Velozo, Richards, Duncan, Studenski et Lai (2008) ont étudié la validité du contenu des items évaluant le Membre supérieur de la FMA auprès de 377 patients ayant subi un AVC dont l’âge moyen est de 60 ans (écart-type 11,2). Les évaluations avec une version de la FMA légèrement modifiée (les 3 items réflexes ont été retirés et les 30 items restants ont été classés selon une séquence hiérarchique) ont été effectuées lors de l’admission et 6 mois après l’AVC. Lors de l’évaluation de suivi, la FMA à 30 items, calculée à l’aide de l’analyse de Rasch, a révélé des statistiques d’ajustement acceptables, à l’exception de l’item évaluant la prise crochet. Ce résultat suggère que tous les items reflètent le même construit, à l’exception de l’item évaluant la prise crochet.

Crow & Harmeling-van der Wel (2008) ont analysé la validité de contenu du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA auprès de 62 patients ayant subi un AVC, en utilisant une échelle d’analyse de Guttmann. Chaque sous-échelle évaluant la Fonction motrice de la FMA, à l’exception des items évaluant le réflexe, a été organisée selon une séquence hiérarchique de difficulté, en fonction du nombre total de réussites par item. Toutes les sous-échelles, lorsqu’analysées séparément, ont excédé les valeurs critiques pour deux indices : le coefficient de reproductibilité (>0,9) et le coefficient d’évolutivité (>0,7). En analysant tous les items évaluant le Membre supérieur et le Membre inférieur (ignorant les sous-échelles), les coefficients de reproductibilité (0,8) et d’évolutivité (0,6) se situaient tout juste sous les niveaux acceptables. Les résultats de cette étude suggèrent l’existence d’une échelle de Guttman unidimensionnelle valide et cumulative pour chaque sous-échelle évaluant la Fonction motrice. En somme, si le client réussit à compléter l’item le plus difficile d’une sous-échelle, cela suggère qu’il est en mesure de réussir les items plus faciles de cette même sous-échelle. De façon similaire, un échec à un item suggère que le client sera incapable de compléter les items plus difficiles restants de cette même sous-échelle. Ainsi, une méthode d’administration raccourcie de la FMA peut être utilisée pour les patients ayant subi un AVC.

Critère :
Il y a un manque d’information disponible en ce qui concerne la validité de critère de la FMA, car la FMA a été créée à une époque où il n’existait aucun autre répertoire d’incapacité similaire avec lequel la FMA pouvait être évaluée (Gowland, Van Hullenaar & Torresin, 1995 ; Gowland, Stratford & Ward, 1993).

Bernspang et al. (1987) ont utilisé les coefficients de correlation de Pearson et ont relevé que la FMA avait une excellente corrélation avec les résultats de capacités des soins personnels (r = 0,64) chez 109 clients évalués dans les deux semaines suivant un AVC.

Nadeau et al. (1999) ont identifié les variables cliniques les plus importantes pour déterminer la vitesse de marche auprès de 16 patients en phase chronique de récupération post-AVC, en utilisant les coefficients de correlation de Pearson. Le domaine évaluant la Sensibilité de la FMA corrélait faiblement tant avec la vitesse de marche confortable que maximale (respectivement, r = 0,14 et r = 0,05). Les patients ayant une diminution de la sensibilité et un résultat inférieur à 12, combiné avec la force des fléchisseurs de la hanche et des fléchisseurs plantaires de la cheville, prédisaient la vitesse de marche maximale. D’excellentes corrélations ont été relevées entre le score moteur total de la FMA et la vitesse de marche confortable (moyenne 0,76 m/secondes ; r = 0,61) et maximale (moyenne 1,09 m/seconde ; r = 0,61).

Concourante :
Wood-Dauphinee et al. (1990) ont comparé la FMA à l’Indice de Barthel auprès de 167 patients ayant subi un AVC, à deux moments : en phase aiguë de récupération (de 3 à 5 jours post-AVC), et 5 semaines post-AVC. En utilisant les coefficients de correlation de Pearson, la corrélation entre le domaine Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA et le résultat total de l’Indice de Barthel s’est avérée excellente tant en phase aiguë (r = 0,75) qu’à 5 semaines (r = 0,82). De façon similaire, d’excellentes corrélations ont été relevées entre le domaine Fonction motrice du Membre inférieur de la FMA et l’Indice de Barthel en phase aigüe (r = 0,77) et à 5 semaines (r = 0,89).

Poole et Whitney (1988) ont examiné la validité concourante de la FMA et de la Motor Assessment Scale auprès de 30 patients ayant subi un AVC. De fortes corrélations ont été relevées entre les résultats totaux de la FMA et de la Motor Assessment Scale (r = 0,88), et entre les résultats aux items spécifiques, à l’exception de l’équilibre assis, variant de r = 0,28 à r = 0,92.

Malouin et al. (1994) ont administré la FMA et la Motor Assessment Scale à 32 patients, tôt après l’AVC, et ont relevé une excellente corrélation de Spearman pour les résultats totaux sur la FMA et sur la Motor Assessment Scale (r = 0,96). Les corrélations pour les items de la Motor Assessment Scale et les items correspondants de la FMA se sont également avérées excellentes, variant de r = 0,65 à r = 0,93. Les résultats de Sensibilité au toucher léger (r = 0,64) et de proprioception ( r = 0,67) de la FMA corrélaient avec le résultat d’équilibre de la Motor Assessment Scale, mais non avec l’évaluation d’équilibre assis de la FMA (respectivement, r = 0,12 et -0,10), suggérant que l’évaluation d’équilibre assis de la FMA n’est pas une mesure valide de l’équilibre. Les corrélations d’équilibre debout variaient modérément à fortement pour le toucher léger et la proprioception tant avec la Motor Assessment Scale que la FMA (variant de r = 0,43 à r = 0,67).

Di Fabio et Badke (1990) ont examiné l’équilibre debout et le transfert de poids chez 10 patients ayant subi un AVC en utilisant un test d’équilibre de l’organisation sensorielle et la FMA. Les résultats de chacun des tests cliniques ont été comparés pour déterminer si le test d’équilibre de l’organisation sensorielle corrélait avec la capacité fonctionnelle, en utilisant le coefficient de corrélation de l’ordre des rangs de Spearman. Les résultats des items évaluant le Membre inférieur et l’Équilibre de la FMA corrélaient d’excellentes façons avec le test d’équilibre de l’organisation sensorielle (r = 0,77).

De Weerdt et Harrison (1985) ont comparé le sous-résultat du domaine évaluant le Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA avec l’Action Research Arm Test. Les deux évaluations ont éré administrées à 53 patients hospitalisés ayant des déficits moteurs. La FMA et l’ARAT corrélaient d’excellentes façons tant à 2 semaines (r = 0,91) qu’à 8 semaines (r = 0,94) post-AVC.

Berglund et Fugl-Meyer (1986) ont comparé la FMA à la DeSouza scale (une autre évaluation de la fonction du membre supérieur) auprès de 50 patients ayant subi un AVC et qui souffraient d’un déficit moteur. D’excellentes corrélations ont été relevées avec les résultats du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur (r = 0,90). Les deux évaluations co-variaient et expliquaient 90% de la variance des résultats totaux et 80% des résultats moteurs.

Gowland et al. (1993) ont examiné la validité concourante de la FMA et de la Chedoke-McMaster Stroke Assessment scale. Le score total de l’inventaire des déficits de la Chedoke-McMaster Stroke Assessment scale était fortement corrélée à celle de la FMA (r = 0,95). Les corrélations signalées entre les sous-scores de déficit de la FMA et les sous-scores correspondants de l’inventaire des déficits de la Chedoke-McMaster Stroke Assessment scale variaient d’adéquats à excellents (r = 0,76 à r = 0,95).

Mao et al. (2002) ont comparé l’Échelle d’équilibre de Berg, le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, et la Postural Assessment Scale for Stroke, auprès de 123 patients ayant subi un AVC, lors de suivis prospectifs à 14, 30, 90 et 180 jours après la survenu de l’AVC. Une excellente validité concourante (telle que mesurée par les coefficients de corrélation de Spearman) a été relevée entre le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, l’Échelle d’équilibre de Berg et la Postural Assessment Scale for Stroke à tous les temps de suivi (variant de r = 0,90 à r = 0,97).

Kusoffsky, Wadell et Nilsson (1982) ont relevé une relation entre le fonctionnement sensitif et la récupération motrice subséquente, puisque d’excellentes corrélations ont été observées entre le potentiel sensitif évoqué chez 16 patients ayant un AVC. La relation entre le potentiel sensitif évoqué et le sous-score évaluant le Membre supérieur de la FMA s’est avérée la plus forte ; et la relation entre le sous-score évaluant le Membre inférieur de la FMA, la plus faible. La force de la relation a perduré quel que soit le moment où la FMA a été administrée.

Feys, Van Hees, Bruyninck, Mercelis et De Weerdt (2000) ont évalué le rôle du potentiel sensitif et moteur évoqués dans la prédiction de la récupération motrice du bras auprès de 64 patients ayant subi un AVC et présentant un déficit moteur au bras. Les patients ont été suivis de 2 semaines à 12 mois post-AVC. Dans cette étude, une faible relation a été relevée entre les potentiel sensitif évoqué et la FMA.

Dettmann et al. (1987) ont administré la FMA et un test de performance à la marche, en utilisant de la photographie à lumière interrompue et des manoeuvres posturales en position debout sur une plateforme de force auprès de 15 patients ayant subi un AVC. Les corrélations variaient d’adéquates à excellentes entre les résultats totaux sur la FMA et les évaluations de performance de vitesse de marche (r = 0,64), de la cadence (r = 0,58), de la longueur du pas (r = 0,53), de la position non parétique (r = 0,59), de l’indice de vitesse (r = 0,67), et des mesures de stabilité debout sur la plateforme (r = 0,52 à r = 0,69).

Poole et Whitney (1988) ont examiné la validité concourante de la FMA et de la Motor Assessment Scale auprès de 30 patients ayant subi un AVC. D’excellentes corrélations entre les items de la FMA et les items correspondants de la MAS ont été relevées (allant de r = 0,64 à r = 0,92). Toutefois, une exception a été notée sur la corrélation entre l’équilibre en position assise de la FMA et l’équilibre en position assise de la MAS, qui s’est avérée corrélée faiblement (r = 0,28).

Chae, Labatia et Yang (2003) ont évalué la validité concourante du Arm Motor Ability Test en utilisant la FMA comme critère de mesure du déficit moteur post-AVC du membre supérieur, auprès de 30 patients en phase chronique de récupération post-AVC. D’excellentes corrélations de Spearman ont été relevées entre les résultats de l’évaluation du Membre supérieur de la FMA et les résultats de capacités fonctionnelles du Arm Motor Ability Test (r = 0,94), de même qu’entre les résultats de l’évaluation du Membre supérieur de la FMA et de la qualité du mouvement du Arm Motor Ability Test (r = 0,94).

Hsueh et al. (2009) ont analysé la validité concourante de la FMA, de la version courte de la FMA, de la Stroke Rehabilitation Assessment of Movement (STREAM), et de la version courte de la STREAM auprès de 50 patints en phase chronique de récupération post-AVC. D’excellentes corrélations de Spearman ont été relevées entre les quatre mesures (allant de rho = 0,91 à rho = 0,99).

Prédictive :
Mao et al. (2002) ont comparé les propriétés psychométriques de l’Échelle d’équilibre de Berg, le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, et la Postural Assessment Scale for Stroke, auprès de 123 patients ayant subi un AVC, lors de suivis prospectifs à 14, 30, 90 et 180 jours après la survenu de l’AVC. D’excellentes corrélations de Spearman ont été relevées entre les résultats au sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA aux 3 moments de suivis les plus tôts, et les résultats de la Postural Assessment Scale for Stroke (variant de r = 0,80 à r = 0,87), ont indiqué une excellente valeur prédictive du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA.

Chae, Johnston, Kim, et Zorowitz (1995) ont noté que les sous-résultats du Membre inférieur de la FMA, évalués lors de l’admission, prédisait les résultats de Mobilité (r = 0,63) et d’Ambulation (r = 0,74) sur la Mesure de l’indépendance fonctionnelle au moment du congé de la réadaptation chez 48 patients, à 6 semaines post-AVC.

Hsueh et al. (2009) ont analysé si les résultats du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA, de la version courte de la FMA, de la STREAM, et de la version courte de la STREAM, mesurés lors de l’admission au programme de réadaptation, pouvaient prédirent les résultats de l’Indice de Barthel au moment de congé de la réadaptation auprès de 50 patients en phase chronique de récupération post-AVC. D’excellentes corrélations de Spearman ont été relevées entre les résultats sur l’Indice de Barthel et la FMA (rho = 0,72), la version courte de la FMA (rho = 0,74), la STREAM (rho = 0,75) et la version courte de la STREAM (rho = 0,77). Les résultats suggèrent que toutes les mesures sont capables de prédire les résultats de l’Indice de Barthel au moment du congé.

Fulk, Reynolds, Mondal & Deutsch (2010) ont examiné la validité prédictive du 6MWT et d’autres mesures largement utilisées (la FMA-MI, le Self-selected gait-speed, la SIS et l’ÉÉB) auprès de 19 patients ayant subi un AVC. La FMA-MI a démontré être un faible prédicteur de moyenne de pas par jour (r = 0,06 ; p = 0,798). Même si la vitesse de marche et l’équilibre étaient liés à l’activité de marche, seul le 6MWT a démontré être un prédicteur de déplacements dans la communauté chez les patients ayant subi un AVC.

Construit:
Plusieurs études de validité ont fourni de bonnes données probantes indiquant que la FMA mesure ce qu’elle est censée mesurer. La validité de construit de la FMA a été examinée en comparant l’évaluation avec d’autres mesures du rétablissement post-AVC qui réflète l’indépendance dans les activités de la vie quotidienne post-AVC ou le niveau d’incapacité.

Sonde, Gip, Fernaeus, Nilsson, et Viitanen (1998) ont relevé que les résultats de la FMA reflétaient les changements dans les résultats du Membre supérieur après une neurostimulation électrique transcutanée à basse fréquence. Un test-U de Mann-Whitney a été utilisé pour évaluer l’importance des différences dans les résultats au début et à la fin de l’étude entre les groupes d’intervention et témoin. Cette étude révélait que les résultats de la FMA différaient significativement entre les groupes d’intervention et témoin (U de Mann-Whitney = 130,5). De plus, le coefficient de corrélation d’ordre de rang de Spearman entre les résultats de la FMA s’est avéré excellent (r = 0,95).

Chae, Bethoux, Bohine, Dobos, Davis, et Friedl (1998) ont évalué l’efficacité d’une stimulation neuromusculaire dans l’amélioration de la récupération motrice et fonctionnelle auprès de 28 patients ayant subi un AVC. Les résultats de la FMA ont réflété les changements au niveau de l’évaluation du membre supérieur après la stimulation neuromusculaire. Les analyses paramétriques ont révélé des améliorations significativement plus grandes dans les résultats de la FMA pour le groupe d’intervention (17,9 versus 9,7), et à 12 semaines après le traitement (20,6 versus 11,2). Les améliorations ont été observées sur les résultats de la FMA, mais pas sur les résultats de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle.

Kraft, Fitts, et Hammond (1992) ont évalués les améliorations fonctionnelles du membre supérieur auprès de 22 patients ayant subi un AVC et qui ont reçu soit une stimulation électrique des extenseurs du poignet déclenchée par EMG, une stimulation électrique de faible intensité des extenseurs du poignet combinée à une contraction volontaire, des exercices de facilitation neuromusculaire proprioceptive, ou aucune intervention particulière. Pendant la durée de l’intervention, les résultats de la FMA chez les patients recevant la facilitation neuromusculaire proprioceptive se sont améliorés de 18% ; les patients recevant la stimulation électrique de faible intensité des extenseurs du poignet combinée à une contraction volontaire, se sont améliorés de 25% ; et les patients recevant une stimulation électrique des extenseurs du poignet déclenchée par EMG se sont améliorés de 42%. L’amélioration des groupes traités s’est avérée significative avant et après l’intervention, et les améliorations ont été maintenues aux moments de suivie à 3 et à 9 mois. En revanche, le groupe témoin n’a démontré aucun changement significatif dans les résultats sur la FMA ou sur l’évaluation de la force de préhension.

Feyes, deWeerdt, Seltz, Steck, Spichinger, et Vereeck (1998) ont assigné aléatoirement 100 patients ayant subi un AVC à un groupe d’intervention qui a reçu une stimulation sensorimotrice pour une prériode de 6 semaines ou à un groupe témoin. Les patients ont été évalués avant, pendant et après la période d’intervention, puis à 6 et à 12 mois après l’AVC. Seuls les résultats sur la FMA ont démontré des différences entre les groupes aux moments de suivis. Les résultats sur l’ARAT et sur l’Indice de Barthel n’ont démontré aucune différence entre les groupes.

Duncan et al. (1998) ont assigné aléatoirement 20 patients ayant subi un AVC léger à modéré qui avaient complété leur réadaptation à l’interne pour recevoir un programme d’exercices à la maison ou le programme de soins habituels. Le groupe d’intervention a démontré plus d’améliorations au niveau du sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur et du Membre inférieur de la FMA, comparativement au groupe de soins habituels. Toutefois, les différences au niveau du rétablissement moteur se sont avérées seulement significatives pour le domaine évaluant le Fonction motrice du Membre inférieur (changement de moyenne dans le résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur = 8,4 versus 2,2 ; changement de moyenne dans le résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre inférieur = 4,7 versus -0,9).

Malouin et al. (1994) ont évalué 32 patients avec la FMA et la Motor Assessment Scale sur deux jours consécutifs et ont relevé que la FMA pouvait mieux distinguer entre les patients ayant une récupération minimale que la Motor Assessment Scale. Des corrélations négatives adéquates à excellentes ont été notées entre les différences de résultats et les niveaux de récupération (Membre supérieur r = -0,50 et Membre inférieur r = -0,69), indiquant que les plus grandes différences entre les deux mesures se sont produites los des premiers stades de récupération, ou parmi les individus les plus sévèrement affectés.

Platz et al. (2005) ont évalué la validité de construit des items de la FMA évaluant le Membre supérieur (incluant les items évaluant le Fonction motrice, la Sensibilité, l’Amplitude articulaire passive et la Douleur articulaire), de l’Action Research Arm Test, du Box and Block Test et du Motricity Index, en utilisant les coefficients de corrélation Spearman, auprès de patients présentant une parésie du membre supérieur, soit à la suite d’un AVC (n = 37), de sclérose en plaques (n = 14), ou de traumatisme cérébral (n = 5). D’excellentes corrélations ont été relevées entre la FMA et l’Action Research Arm Test (r = 0,93), le Box and Block Test (r = 0,92), et le Motricity Index (r = 0,86). La FMA a également été corrélée à des mesures plus générales de la déficience et de la limitation d’activité, y compris l’Ashworth Scale, l’Hemispheric Stroke Scale et l’Indice de Barthel modifié. Une excellente corrélation a été relevée entre le FMA et l’Hemispheric Stroke Scale (r = -0,69), et une corrélation adéquate a été notée entre la FMA et l’Ashworth Scale (r = -0,42). Seule une faible corrélation a été relevée entre le FMA et l’Indice de Barthel modifié (r = 0,09).
Note : Les corrélations se sont avérées négatives car un score élevé sur la FMA indique une performance normale, tandis qu’un score faible sur l’Ashworth Scale ou l’Hemispheric Stroke Scale indique une performance normale.

Fugl-Meyer et Jaasko (1980) ont comparé le domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA à la performance de l’échelle des activités de la vie quotidienne auprès de 64 patients ayant subi un AVC, plus de 6 mois après le congé de l’hôpital. L’échelle des activités de la vie quotidienne se composait de 52 items évaluant l’indépendance au niveau de l’Alimentation, l’Hygiène, l’Habillage, l’Ambulation, les Travaux ménagers et le Fonctionnement psychosocial. D’excellentes corrélations ont été relevées entre le degré de déficience motrice, tel que mesuré par la FMA, et l’échelle des activités de la vie quotidienne (résultat total aux activités de la vie quotidienne : r = 0,75 ; Alimentation r = 0,72 ;Hygiène r = 0,89 ; Habillage r = 0,76 ; et Ambulation r = 0,76).

Convergente :
Mao et al. (2002) ont comparé les propriétés psychométriques de l’Échelle d’équilibre de Berg, le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA, et la Postural Assessment Scale for Stroke, auprès de 123 patients ayant subi un AVC, lors de suivis prospectifs à 14, 30, 90 et 180 jours après la survenu de l’AVC. D’excellentes corrélations de Spearman ont été relevées entre le sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA et les scores de l’Échelle d’équilibre de Berg en utilisant le coefficient de corrélation de Spearman à chacun des quatre moments (variant de r = 0,86 à r = 0,89), indiquant une excellente validité convergente.

Rabadi et Rabadi (2006) ont examiné 104 patients en phase aiguë de récupération post-AVC et hospitalisés dans une unité de réadaptation. L’Action Research Arm Test, le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA, la NIH Stroke Scale, le score total sur la Mesure de l’indépendance fonctionnelle, et les sous-résultats aux activités de la vie quotidienne de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle ont été administrés. En utilisant le coefficient de corrélation d’ordre de rang de Spearman, l’ARAT et le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA corrélaient d’excellentes façons entre eux, à la fois lors de l’admission (r = 0,77) et au moment du congé (r = 0,87). Le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA et les sous-résultats des activités de la vie quotidienne de la MIF corrélaient adéquatement au moment de l’admission (r = 0,54).

Arsenault et al. (1988) ont traité 62 patients ayant une hémiplégie, en utilisant l’approche Bobath, pour une période de 3 mois. Pendant ce temps, ils ont été évalués lors de trois temps de mesure. En utilisant le Rho de Spearman, la FMA corrélait d’excellente façon avec la Bobath Assessment of upper extremity pré- (r = 0,73) et post-réadaptation (r = 0,85) ; les deux évaluations démontrant des changements à travers les différents temps de mesure.

Dettmann et al. (1987) ont administré la FMA et l’Indice de Barthel à 15 patients ayant subi un AVC. Les patients ont été évalués à une moyenne de 2 ans post-AVC. Les corrélations de Pearson se sont avérées excellentes entre les deux mesures pour le score total de la FMA (r = 0,67) ; pour le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA (r = 0,74) ; pour le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA (r = 0,75) ; et pour sous-résultat du domaine évaluant l’Équilibre de la FMA(r = 0,76). Dans cette étude, les auteurs ont mesuré la performance lors de la marche en utilisant une analyse photographique du patron et de la vitesse de marche et la stabilité posturale en se tenant sur une plateforme de force. Le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre inférieur de la FMA corrélait avec la plupart des mesures de la marche, et le sous-résultat du domaine évaluant l’Équilibre de la FMA corrélait bien avec les indices de stabilité. Cependant, le sous-résultat du domaine évaluant la Sensibilité de la FMA ne corrélait pas de façon significative avec aucune des mesures de la marche et de la stabilité verticale.

Shelton, Volpe et Reding (2000) ont comparé la FMA et la Mesure de l’indépendance fonctionnelle auprès de 172 patients hospitalisés dans une Unité de réadaptation post-AVC, dans les 90 jours suivant l’AVC. Les résultats totaux de la FMA corrélaient fortement avec les résultats totaux de la MIF (r = 0,63). La corrélation entre le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur de la FMA et les résultats de l’évaluation des Soins personnels de la MIF s’est avérée excellente (r = 0,61), tout comme la corrélation entre le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice du Membre inférieur de la FMA et le résultat de l’évaluation de la Mobilité de la MIF (r = 0,74).

Lin et al. (2004) ont examiné la validité convergente du sous-résultat du domaine évaluant la Sensibilité de la FMA, en utilisant le Rho de Spearman, auprès de 176 patients ayant subi un AVC. Le sous-résultat du domaine évaluant la Sensibilité de la FMA s’est avéré corréler de façon faible à adéquate avec l’indice Barthel (allant de r = 0,38 à r = 0,53) ; et de la même façon avec le sous-résultat du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA à différents stades de la récupération post-AVC, ce qui démontre une validité convergente allant de faible à modérée (allant de r = 0,31 à r = 0,44).

Groupes connus :
Poole et Whitney (1988) ont administré la Motor Assessment Scale et la FMA à 30 patients ayant une hémiplégie. Le sous-résultat de l’évaluation du Membre inférieur de la FMA permettait de mieux distinguer les patients qui nécessitent de l’aide à la marche, comparativement à la vitesse de marche à des vitesses inférieures à 0,34m/seconde (r = 0,62).

Bernspang, Asplund, Eriksson et Fugl-Meyer (1987) ont administré la FMA à 109 patients dans un délai de deux semaines suivant un AVC en phase aiguë de récupération. La FMA a démontré pouvoir distinguer entre trois niveaux de capacité face aux soins personnels (dépendant, partiellement dépendant et indépendant).

Sensibilité au changement

Mao et al. (2002) ont relevé un changement significatif dans le sous-résultat de d’Équilibre modifié de la FMA entre des temps d’évaluation (à 14, 30, 90 et 180 jours post-AVC). L’ampleur de l’effet s’est avérée grande dans l’intervalle de 14 à 30 jours (AE = 0,82), et s’affaiblissait avec le temps (petite à 90-180 jours, AE = 0,33). L’ampleur globale de l’effet (14-180 jours) s’est également avérée grande (AE = 1,14). Lorsque les patients ont été regroupés selon le niveau de sévérité de l’AVC, la valeur globale la plus élevée de l’effet du sous-résultat d’Équilibre modifié de la FMA chez les patients ayant subi un AVC sévère était de AE = 1,57.

Van der Lee et al. (2001) ont examiné 22 patients en phase chronique de récupération post-AVC et qui ont suivi une thérapie par contrainte induite pour améliorer la fonction du membre supérieur. Un ratio de sensibilité au changement (le ratio de la moyenne de changement après l’intervention et la déviation standard de la moyenne au départ de l’étude) de 0,41 a été relevé pour le domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA, et de 2,03 pour l’Action Research Arm Test. Un plus haut ratio de sensibilité indique une meilleure sensibilité au changement, suggérant que l’Action Research Arm Test est plus sensible que la FMA pour l’amélioration de la fonction du membre supérieur suite à une intervention de thérapie par contrainte induite. Ce résultat se réflétait également dans le nombre de patients qui se sont améliorés au-delà de la limite supérieure de l’accord sur l’Action Research Arm Test durant la période d’intervention, 12 (54,5%), en comparaison avec 2 (9,1%) pour la FMA, indiquant que l’Action Research Arm Test est plus sensible au changement que la FMA.

Rabadi and Rabadi (2005) ont évalué la sensibilité au changement de la FMA et de l’Action Research Arm Test en évaluant le rétablissement de la fonction du membre supérieur auprès de 104 patients en phase aiguë de récupération post-AVC. La moyenne de changement dans le résultat lors de l’admission et au moment du congé était de 10 ± 15 pour l’Action Research Arm Test et 10 ± 13 pour le résultat du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA. La sensibilité au changement telle que mesurée par la Réponse moyenne standardisée s’est avérée modérée tant pour l’Action Research Arm Test (RMS = 0,68) que pour le résultat du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA (RMS = 0,74).

Lin et al. (2004) ont examiné la sensibilité au changement du domaine évaluant la Sensibilité de la FMA en utilisant la Réponse moyenne standardisée (RMS) auprès de 176 patients ayant subi un AVC. Une petite sensibilité (90-180 jours RMS = 0,27; 14-30 jours RMS = 0,42; 30-90 jours RMS = 0,43) à modérée (14-180 jours RMS = 0,67) a été relevée pour le domaine évaluant la Sensibilité de la FMA.

Wood-Dauphinee et al. (1990) ont comparé la FMA à l’Indice de Barthel auprès de 167 patients ayant subi un AVC, évalués peu de temps après l’admission à l’hôpital, et 5 semaines plus tard. En utilisant les coefficients de corrélation de Pearson, la corrélation entre le changement moyen des résultats pour le domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur et du Membre inférieur de la FMA, et les résultats totaux de l’Indice de Barthel, s’est avérée adéquate (r = 0,57). Une petite ampleur de l’effet a été relevée pour le domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA lors de l’admission et à 5 semaines post-AVC (0,2 pour le Membre supérieur ; 0,19 pour le Membre inférieur ; 0,33 pour la capacité d’Équilibre ; et 0,24 pour le score total). Les résultats de cette étude suggèrent que le domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA a une petite sensibilité au changement.

Duncan, Lai et Keighley (2000) ont examiné la vitesse et l’ampleur du rétablissement auprès de 459 patients, pendant les 6 premiers mois suivant l’AVC. Une amélioration spontanée a été observée pour les AVC légers, modérés et sévères, telle que mesurée par la FMA. Pendant le premier mois post-AVC, le rétablissement maximal a été atteint, et commençait à stagner autour du sixième mois post-AVC. Les courbes de rétablissement pour le domaine évaluant la Fonction motrice du Membre supérieur et du Membre inférieur de la FMA correspondaient aux courbes de l’Indice de Barthel et la NIH Stroke Scale. Si le rétablissement est défini par l’obtention d’un score sur la FMA > 90, alors 36,8 % des patients de cette étude ont été considérés comme étant rétablis.

Shelton et al. (2000) ont noté une corrélation modérée entre le changement sur le score total de la FMA et le changement sur le score total de la Mesure de l’indépendance fonctionnelle (r = 0,44). Une analyse de régression linéaire a démontré que pour chaque amélioration de 24 points sur le résultat de la MIF, une amélioration de 10 points a été observée sur sur le résultat du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA, indiquant qu’une amélioration des incapacités motrices est associée à une récupération fonctionnelle significative. Un changement dans les sous-résultats du domaine évaluant la Fonction motrice de la FMA, tant du Membre supérieur que du Membre inférieur, corrélait faiblement avec un changement sur les résultats de l’évaluation des Soins personnels ou de la Mobilité de la MIF (respectivement, r = 0,23 et r = 0,18).

Hsueh et al. (2009) ont examiné la sensibilité au changement de le FMA, de la Stroke Rehabilitation Assessment of Movement (STREAM), et de leurs versions courtes, auprès de 50 patients en phase chronique de récupération post-AVC. Les participants ont été évalués à deux reprises : lors de l’admission et au moment du congé d’un programme de réadaptation. Les versions courtes de la STREAM et de la FMA ont toutes deux démontré une ampleur de l’effet modérée de 0,53 et 0,51 ; tandis que la STREAM et la FMA ont démontré une petite ampleur de l’effet de 0,45 et 0,38, respectivement.

Références
  • Arsenault, A. B., Dutil, E., Lambert, J., Corriveau, H., Guarna, F., Drouin, G. (1988). An evaluation of the hemiplegic subject based on the Bobath approach. Part III. A validation study. Scand J Rehabil Med, 20(1), 13-16.
  • Beckerman, Vogelaar, T. W., Lankhorst, G. J., Verbeek, A. L. (1996). A criterion for stability of the function of the lower extremity in stroke patients using the Fugl-Meyer Assessment Scale. Scand J Rehabil Med, 28, 3-7.
  • Berglund, K., Fugl-Meyer, A.R. (1986). Upper extremity function in hemiplegia: A cross validation study of two assessment methods. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 18, 155-157.
  • Bernspang, B., Asplund, K., Eriksson, S., Fugl-Meyer, A. R. (1987). Motor and perceptual impairments in acute stroke patients: effects on self-care ability. Stroke, 18, 1081-1086.
  • Chae, J., Johnston, M., Kim, H., Zorowitz, R. (1995). Admission motor impairment as a predictor of physical disability after stroke rehabilitation. Am J Phys Med Rehabil, 74(3), 218-223.
  • Chae, J., Bethoux, F., Bohine, T., Dobos, L., Davis, T., Friedl, A. (1998). Neuromuscular stimulation for upper extremity motor and functional recovery in acute hemiplegia. Stroke, 29(5), 975-979.
  • Chae, J., Labatia, I., Yang, G. (2003). Upper limb motor function in hemiparesis: Concurrent validity of the arm motor ability test. Am J Phys Med Rehabil, 82, 1-8.
  • Crow, J.L., Harmeling-van der Wel, B.C. (2008). Hierarchical properties of the motor function sections of the Fugl-Meyer Assessment Scale for people after stroke: a retrospective study. Physical Therapy, 88(12), 1554-1567.
  • Dettmann, M. A., Linder, M. T., Sepic, S. B. (1987). Relationships among walking performance, postural stability, and functional assessments of the hemiplegic patient. Amer J Phys Med, 66, 77-90.
  • De Weerdt, W., Harrison, M. A. (1985). Measuring recovery of arm-hand function in stroke patients: a comparison of the Brunnstrom-Fugl-Meyer test and the Action Research Arm test. Physiother Canada, 37, 65-70.
  • Di Fabio, R. P., Badke, M. B. (1990). Relationship of sensory organization to balance function in patients with hemiplegia. Phys Ther, 70(9), 542-548.
  • Duncan, P. W., Lai, S. M. Keighley, J. (2000). Defining post-stroke recovery: implications for design and interpretation of drug trials. Neuropharmacology, 39(5), 835-41.
  • Duncan, P. W., Propst, M., Nelson, S. G. (1983). Reliability of the Fugl-Meyer assessment of sensorimotor recovery following cerebrovascular accident. Phys Ther, 63(10), 1606-1610.
  • Duncan, P., Richards, L., Wallace, D., Stoker-Yates, J., Pohl, P., and Luchies, C. (1998). A randomized, controlled pilot study of a home-based exercise program for individuals with mild and moderate stroke. Stroke, 29, 2055-2060.
  • Duncan, P. W., Goldstein, L. B., Horner, R. D., Landsman P. B, Samsa, G. P., Matchar, D. B. (1994). Similar motor recovery of upper and lower extremities after stroke. Stroke, 25, 1181-1188.
  • Ferraro, M., Demaio, J. H., Krol, J., Trudell, C., Rannekleiv, K., Edelstein, L., Christos, P., Aisen, M., England, J., Fasoli, S., Krebs, H., Hogan, N., Volpe, B. T. (2002). Assessing the Motor Status Score: A Scale for the Evaluation of Upper Limb Motor Outcomes in Patients after Stroke. Neurorehabilitation and Neural Repair, 16(3), 283-289.
  • Feyes, H. M., deWeerdt, W. J., Seltz, B. E., Steck G. A. C., Spichinger, R., Vereeck, L. E. (1998). Effect of therapeutic intervention for hemiplegic upper limb in acute phase after stroke. Stroke, 29, 785-792.
  • Feys, H., Van Hees, J., Bruyninck, F., Mercelis, R., De Weerdt, W. (2000). Value of somatosensory and motor evoked potentials in predicting arm recovery after a stroke. J Neurol Neurosurg Psychiatry,68, 323-331.
  • Finch, E., Brooks, D., Stratford, P. W., Mayo, N. E. (2002). Physical Rehabilitations Outcome Measures. A Guide to Enhanced Clinical Decision-Making (2nd ed.). Canadian Physiotherapy Association, Toronto.
  • Fugl-Meyer, A. R., Jaasko, L., Leyman, I., Olsson, S., Steglind, S. (1975). The post-stroke hemiplegic patient: I. A method for evaluation of physical performance. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 975(7), 13-31.
  • Fugl-Meyer, A. R. (1980) Post-stroke hemiplegia assessment of physical properties. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 7, 85-93.
  • Fugl-Meyer, A. R., Jaasko, L. (1980). Post-stroke hemiplegia and ADL-performance. Scand J Rehabil Med Suppl. 7, 140-152.
  • Fulk, G. D., Reynolds, C., Mondal, S., & Deutsch, J. E. (2010). Predicting home and community walking activity in people with stroke. Arch Phys Med Rehabil, 91, 1582-1586.
  • Gladstone, D. J., Danells, C. J., Black, S. E. (2002). The Fugl-Meyer Assessment of Motor Recovery after Stroke: A critical review of its measurement properties. Neurorehabilitation and Neural Repair, 16, 232-240.
  • Gowland, C., Van Hullenaar, S., Torresin, W. (1995). Chedoke-McMaster stroke assessment: development, validation and administration manual. Hamilton (ON), Canada: Chedoke-McMaster Hospitals and McMaster University.
  • Gowland, C., Stratford, P., Ward, M. (1993). Measuring physical impairment and disability with the Chedoke-McMaster Stroke Assessment. Stroke, 24, 58-63.
  • Hsieh, Y.W., Hsueh, I.P., Chou, Y.T., Sheu, C.F., Hseih, C.L. & Kwakkel, G. (2007). Development and validation of a short form of the Fugl-Meyer motor scale in patients with stroke. Stroke, 38, 3052-3054.
  • Hsueh, I. P., Hsu, M. J., Sheu, C. F., Lee, S., Hsieh, C. L., Lin, J. H. (2009). Psychometric comparisons of 2 versions of the Fugl-Meyer Motor Scale and 2 versions of the Stroke Rehabilitation Assessment of Movement. Neurorehabil Neural Repair, 22, 737.
  • Hsueh, I. P., Mao, H. F., Huang, H. L., Hsieh, C. L. (2001). Comparisons of responsiveness and predictive validity of two balance measures in stroke inpatients receiving rehabilitation [in Chinese]. Formos J Med, 5, 261-268.
  • Kraft, G. H., Fitts, S. S., Hammond, M. C. (1992). Techniques to improve function of the arm and hand. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 73, 220-227.
  • Kusoffsky, A., Wadell, I., Nilsson, B. Y. (1982). The relationship between sensory impairment and motor recovery in patients with hemiplegia. Scand J Rehabil Med, 14(1), 27-32.
  • Lin, J-H., Hsueh, I-P., Sheu, C-F., Hsieh, C-L. (2004). Psychometric properties of the sensory scale of the Fugl-Meyer Assessment in stroke patients. Clinical Rehabilitation, 18, 391-397.
  • Lin, F. M., Sabbahi, M. (1999). Correlation of spasticity with hyperactive stretch reflexes and motor dysfunction in hemiplegia. Arch Phys Med Rehabil, 80(5), 526-530.
  • Malouin, F., Pichard, L., Bonneau, C., Durand, A., Corriveau, D. (1994) Evaluating motor recovery early after stroke: comparison of the Fugl-Meyer Assessment and the Motor Assessment Scale. Arch Phys Med Rehabil, 75(11), 1206-1212.
  • Mao, H. F., Hsueh, I. P., Tang, P. F., Sheu, C. F., Hsieh, C. L. (2002). Analysis and comparison of the psychometric properties of three balance measures for stroke patients. Stroke, 33, 1022-1027.
  • Nadeau, S., Arsenault, A. B., Gravel, D. Bourbonnais, D. (1999). Analysis of the clinical factors determining natural and maximal gait speeds in adults with a stroke. American Journal of Physical Medicine & Rehabilitation, 78(2), 123-130.
  • Nilsson, L., Carlsson, J., Grimby, G., Nordholm, L. (1998). Assessment of walking balance and sensorimotor performance of hemiparetic patients in the acute stages after stroke. Physiother Theory Pract, 14, 149-157.
  • Platz, T., Pinkowski, C., van Wijck, F., Kim, I-H., di Bella, P., Johnson, G. (2005). Reliability and validity of arm function assessment with standardized guidelines for the Fugl-Meyer Test, Action Research Arm Test and Box and Block Test: a multicentre study. Clinical Rehabilitation, 19, 404-411.
  • Poole, J.L. & Whitney, S.L. (1988). Motor Assessment Scale for stroke patients: Concurrent validity and interrater reliability. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 69, 195-197.
  • Poole, J. L., Whitney, S. L. (2001). Assessments of Motor Function Post Stroke: A Review. Physical & Occupational Therapy in Geriatrics, 19(2), 1-22.
  • Rabadi, M. H., Rabadi, F. M. (2006). Comparison of the Action Research Arm Test and the Fugl-Meyer Assessment as measures of upper-extremity motor weakness after stroke. Arch Phys Med Rehabil, 87, 962-966.
  • Sanford J, Moreland J, Swanson LR, Stratford PW, Gowland C. (1993). Reliability of the Fugl-Meyer assessment for testing motor performance in patients following stroke. Phy Ther, 73, 447-54.
  • Shelton, F. N. A. P., Volpe, B. T., Reding, M. J. (2000). The effect of motor impairment on disability
  • following stroke [abstract]. Stroke, 31(1), 291.
  • Sonde, L., Gip, C., Fernaeus, S.E., Nilsson, C.G., & Viitanen, M. (1998). Stimulation with low frequency (1.7 Hz) transcutaneous electric nerve stimulation (low TENS) increase motor function of the post-stroke paretic arm. Scandinavian Journal of Rehabilitation Medicine, 30, 95-99.
  • Sullivan, K.T., Tilson, J.K., Cen, S.Y., Rose, D.K., Hershberg, J., Correa, A., et al. (2011). Fugl-Meyer Assessment of sensorimotor function after stroke. Standardized training procedure for clinical practice and clinical trials. Stroke, 42, 427-432.
  • Teasell, R., Foley, N. C., & Salter K. (2011). EBRSR: Evidence-Based Review of Stroke Rehabilitation. 13th ed. London (ON): EBRSR.
  • Tyson, S., DeSouza, L. (2002). A systematic review of methods to measure balance and walking post-stroke. Part 1: Ordinal Scales. Physical Therapy Reviews; 7, 173-186.
  • Woodbury, M.L, Velozo, C.A., Richards, L.G., Duncan, P.W., Studenski, S. & Lai, S. (2008). Longitudinal stability of the Fugl-Meyer Assessment of the Upper Extremity. Archives of Physical Medicine and Rehabilitation, 89, 1563-1569.
  • Wood-Dauphinee, S. L., Williams, J. I., Shapiro, S. H. (1990). Examining outcome measures in a clinical study of stroke, Stroke, 21, 731-739.
  • van der Lee, J. H., Beckerman, H., Lankhorst, G. J., Bouter, L. M. (2001). The responsiveness of the Action Research Arm Test and the Fugl-Meyer Assessment Scale in chronic stroke patients. Journal of Rehabilitation Medicine, 33(3), 110-113.