L’histoire d’Olivia (symptôme du côté gauche du corps)

Aujourd’hui, Olivia a été transférée à l’unité de réadaptation. Elle présente une faiblesse musculaire au bras gauche ainsi qu’une faiblesse à la jambe gauche. Olivia aimerait bien recommencer à marcher, mais elle nécessite l’aide d’une personne ainsi que d’un cadre de marche pour le faire. Il faut également lui rappeler d’attendre qu’une personne vienne l’aider avant de se déplacer de son lit à sa chaise ou à son fauteuil roulant. En effet, elle a chuté ce matin en tentant de se déplacer toute seule.

Olivia a tendance à basculer sur le côté lorsqu’elle est assise et ne semble pas remarquer que son bras gauche pend par-dessus son appui-bras. Elle mentionne une douleur à son épaule droite. Pour assurer sa sécurité, Olivia a besoin d’assistance lorsqu’elle se lave et qu’elle se prépare. De plus, elle requiert des rappels fréquents afin qu’elle porte attention au côté gauche de son corps lorsqu’elle réalise ces activités. Il lui arrive souvent de ne pas être en mesure de se rendre aux toilettes à temps. Olivia est facilement distraite lors d’une conversation, mais elle peut répondre à des questions simples. Elle pleure souvent et elle est d’humeur irritable.

Comme proche, vous pouvez vous sentir préoccupé par Olivia et son rétablissement à la suite de son AVC. Avant l’AVC, Olivia et son mari vivaient dans leur maison à deux étages et se partageaient les tâches domestiques. Olivia aimait particulièrement nager, jouer au golf, socialiser et se rendre en voiture à diverses activités. Ils ont deux enfants maintenant adultes. Leur fille vit à proximité et leur rend visite régulièrement et le second enfant a très peu de contacts avec le couple.

 

Qu'est-ce qu'un accident vasculaire cérébral (AVC)?

Un accident vasculaire cérébral [AVC] est une blessure soudaine au cerveau. Un AVC peut être causé par un saignement incontrôlé dans le cerveau ou par un caillot qui bloque la circulation du sang dans le cerveau. Dans les deux cas, l’apport en oxygène est limité dans la région du cerveau atteinte par l’AVC, ce qui provoque la détérioration ou la mort des cellules cérébrales de cette région. Les impacts d’un AVC dépendent de la région du cerveau qui a été atteinte et de l’ampleur des dommages causés au cerveau.

video

Watch this video

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC afin d’obtenir plus d’informations au sujet des causes, des types, des symptômes et des séquelles d’un AVC.

Qu’est-ce que la réadaptation post-AVC?

La réadaptation à la suite d’un AVC a pour but de favoriser la récupération. Un programme de réadaptation individuel est élaboré par l’équipe de réadaptation. L’équipe de réadaptation comprend les professionnels de la santé suivant : médecins, infirmiers, pharmaciens, nutritionnistes, physiothérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes et travailleurs sociaux. La réadaptation précoce peut débuter dès la première ou la deuxième journée suivant l’AVC et se déroule à l’hôpital ou dans un centre de réadaptation. Certaines personnes ont besoin de réadaptation intensive afin de récupérer un maximum de leurs capacités en plus de s’adapter aux diverses difficultés qui surviennent à la suite de leur AVC.

Pourquoi une faiblesse au niveau d’un bras est-elle associée à un AVC?

Des dommages subis d’un côté du cerveau entraînent des difficultés de mouvements du côté opposé du corps. Ainsi, une personne qui a subi un AVC du côté gauche de son cerveau pourrait avoir de la difficulté à bouger le côté droit de son corps. Plusieurs personnes qui ont subi un AVC ressentent une faiblesse musculaire [hémiparésie] ou encore une paralysie [hémiplégie] d’un côté de leur corps. Ceci affecte leur capacité à utiliser leur bras de ce côté du corps. Une faiblesse musculaire ou une paralysie peut rendre difficile la réalisation des activités quotidiennes.

À l’étape de la réadaptation, certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer la faiblesse musculaire au niveau du bras.

Il s’agit de :

La thérapie par contrainte induite

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF] pour l’épaule hémiplégique ou le membre supérieur

La thérapie miroir

L’imagerie motrice

L’entraînement orienté sur la tâche [membre supérieur]

La stimulation magnétique transcrânienne répétée [SMTr]

Pourquoi une faiblesse au niveau de la jambe est-elle associée à un AVC?

Des dommages subis d’un côté du cerveau entraînent des difficultés de mouvements du côté opposé du corps. Ainsi, une personne qui a subi un AVC du côté gauche de son cerveau pourrait avoir de la difficulté à bouger le côté droit de son corps. Plusieurs personnes qui ont subi un AVC ressentent une faiblesse musculaire [hémiparésie] ou encore une paralysie [hémiplégie] d’un côté de leur corps. Ceci affecte leur capacité à utiliser leur jambe de ce côté du corps. Une faiblesse musculaire ou une paralysie peut rendre difficile la réalisation des activités quotidiennes.

À l’étape de la réadaptation, certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer la faiblesse au niveau d’une jambe.

Il s’agit de :

Entraînement sur tapis roulant avec ou sans soutien du poids corporel

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

Le renforcement musculaire

L’entraînement orienté sur la tâche [membre inférieur]

Pourquoi les difficultés à la marche sont-elles associées à un AVC?

L’AVC peut entraîner une faiblesse musculaire ou une paralysie d’un côté du corps. Un AVC peut également causer des difficultés au niveau de l’équilibre. C’est pour ces raisons que la marche peut être atteinte à la suite d’un AVC. La personne qui reprend la marche à la suite d’un AVC doit être particulièrement prudente, car les chutes sont très fréquentes. Il est possible que l’on recommande aux personnes qui ont de la difficulté à marcher d’attendre que quelqu’un les assiste. Un professionnel de la santé pourrait également prescrire une aide technique à la marche. Une aide à la mobilité telle un cadre ou un bâton de marche, un déambulateur ou un fauteuil roulant peut favoriser la récupération de la capacité à marcher en plus d’encourager l’indépendance.

video

Watch this video

Il est possible de participer à une thérapie pour améliorer ses habiletés à la marche. Certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer les habiletés à la marche.

Il s’agit de :

Entraînement sur tapis roulant avec ou sans soutien du poids corporel

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

L’imagerie motrice

Le renforcement musculaire

L’entraînement orienté sur la tâche [membre inférieur]

La réalité virtuelle

Pourquoi les difficultés au niveau de l’équilibre sont-elles associées à un AVC?

Un AVC peut affecter l’équilibre lorsque les systèmes du corps et certaines régions du cerveau qui en sont responsables sont endommagés. L’hémiparésie, les atteintes perceptuelles, l’héminégligence ou encore les effets secondaires des médicaments peuvent également affecter l’équilibre à la suite d’un AVC. De plus, certaines personnes peuvent ressentir des vertiges ou une instabilité en position debout. Certaines personnes peuvent éprouver de la difficulté à garder leur équilibre en position assise, debout et à la marche. Ces personnes peuvent être à risque de chutes et auront besoin d’assistance pour effectuer un transfert d’une position à une autre [par exemple pour passer du lit à une chaise]. Un professionnel de la santé recommandera un positionnement spécifique afin d’assurer la sécurité des personnes qui présentent un problème d’équilibre. Dans certains cas, des aides techniques seront proposées pour faciliter les transferts d’une position à une autre.

Certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer l’équilibre.

Il s’agit de :

Entraînement spécifique de l’équilibre.

Entraînement sur tapis roulant avec ou sans soutien du poids corporel

Le renforcement musculaire

L’entraînement orienté sur la tâche [membre inférieur et tronc]

La réalité virtuelle

Qu'est-ce l’héminégligence et pourquoi est-elle associée à un AVC?

L’héminégligence est une tendance à négliger les objets situés d’un côté du corps. La personne atteinte peut sembler négliger un côté de son corps ou encore avoir de la difficulté à voir les objets situés d’un côté de son corps. Il s’agit d’une séquelle commune à la suite d’un AVC. Cependant, elle est plus fréquente chez les personnes qui ont subi un AVC du côté droit de leur cerveau. Un AVC localisé d’un côté du cerveau entraîne une héminégligence du côté opposé du corps. Ainsi, une personne qui a subi un AVC du côté droit de son cerveau pourrait avoir tendance à ignorer ou à négliger les objets situés dans la partie gauche de son champ de vision. Par exemple, une personne pourrait oublier de laver ou de raser le côté gauche de son visage. La personne atteinte pourrait également négliger le côté gauche de son corps et avoir besoin de rappels pour placer sa jambe ou son bras gauche dans une position sécuritaire.

Cliquez ici afin d’obtenir plus d’informations sur USN patient/family information

Certaines thérapies se sont montrées efficaces pour traiter l’héminégligence.

Il s’agit de :

La stimulation magnétique transcrânienne répétée [SMTr]

La thérapie miroir

Qu’est-ce qu’une subluxation de l'épaule et pourquoi est-elle associée à un AVC?

Une subluxation de l’épaule se produit lorsque l’os du bras [appelé l’humérus] se sépare de la cavité de l’épaule. La subluxation est commune chez les personnes qui présentent une hémiplégie à la suite d’un AVC. Une subluxation de l’épaule peut être très douloureuse et peut diminuer la capacité de mouvement du bras. Il est également très important d’encourager une position sécuritaire et confortable du corps et du membre supérieur.

Qu’est-ce que la cognition et pourquoi est-elle associée à un AVC?

La cognition regroupe les processus mentaux tels que la mémoire, l’orientation, la perception, le raisonnement et le jugement. Un AVC peut endommager certaines parties du cerveau responsables de la cognition. Des difficultés au niveau de la réflexion, de l’attention, de l’apprentissage, du jugement et de la mémoire peuvent s’en suivre. Certaines personnes semblent désorientées ou facilement confuses. Elles peuvent éprouver des difficultés à comprendre ou à retenir des informations ainsi qu’à résoudre des problèmes de la vie quotidienne. Cette situation peut générer beaucoup de frustrations en plus d’influencer les relations et la récupération à la suite d’un AVC.

Les programmes de réadaptation cognitive à la suite d’un AVC visent l’amélioration des habiletés cognitives comme la mémoire, l’attention et la concentration. De cette façon, la personne pourra réaliser seule certaines activités quotidiennes, par exemple utiliser le téléphone ou gérer sa médication.

Est-ce que la dépression est fréquente à la suite d’un AVC?

La dépression est très fréquente à la suite d’un AVC. Un AVC peut endommager certaines parties du cerveau responsables de nos émotions. Sans oublier qu’il s’agit d’une condition majeure qui bouscule la vie d’une personne de façon importante. Les activités quotidiennes deviennent très difficiles et demandent de grands efforts. Certaines personnes ne peuvent plus réaliser leurs activités préférées. Ces changements peuvent donner lieu à des sentiments de tristesse, de déprime et des sautes d’humeur. La dépression doit être traitée, car elle peut nuire à la récupération.

Cliquez ici afin d’obtenir plus d’informations sur la dépression post-AVC.

Et la famille, les proches?

Un AVC est un événement stressant pour la personne et ses proches. Une bonne connaissance de l’AVC peut aider les membres de la famille et les proches à traverser cette période difficile et mieux soutenir la personne atteinte. Plusieurs types de ressources sont disponibles. Les informations écrites, les groupes de soutien et d’informations ainsi que les professionnels de la santé peuvent tous être utiles pour accompagner les personnes qui ont subi un AVC et leurs proches.