L’histoire d’Anya (Symptômes du côté droit du corps)

Anya est sur le point de quitter l’hôpital. Elle a reçu des traitements pour une faiblesse au bras et à la jambe droite (hémiparésie) ainsi que pour une paralysie faciale du côté droit du visage. L’élocution d’Anya s’améliore et elle comprend lorsque vous lui parlez. Toutefois, elle éprouve encore de la difficulté à produire des phrases complètes et elle cherche souvent ses mots (aphasie).

L’équilibre d’Anya s’améliore également, mais elle marche lentement avec beaucoup de prudence. Le personnel lui recommande de marcher avec l’aide d’une personne ou d’utiliser une canne quadripode. Anya commence à utiliser son bras de façon plus fonctionnelle et elle réalise seule, certaines activités comme se laver et s’habiller. Par contre, elle dit avoir souvent de la difficulté à se rendre à la salle de bain à temps. L’achat de différents équipements pour la maison lui a été recommandé. Anya retournera à la maison où elle vit avec son conjoint.

Anya a pris sa retraite il y a deux ans. Avant son AVC, elle aimait jardiner, jouer au golf et faire de petites sorties quotidiennes en voiture. Le couple a deux enfants. Leur fille vit à proximité et leur rend visite régulièrement alors que leur fils habite à l’extérieur de la ville.

Anya se sent déprimée, particulièrement parce qu’elle devra rentrer chez elle alors qu’elle n’a pas réussi à redevenir celle qu’elle était avant l’AVC. Sa thérapeute l’encourage à voir ses amis et sa famille. Elle aimerait également qu’Anya reprenne certains de ses anciens loisirs ou qu’elle réfléchisse à de nouvelles activités.

Comme proche vous êtes préoccupé par tout ce qu’il y a à faire et vous avez plusieurs questions. Vous vous sentez également épuisé par toutes ces semaines où vous avez tenté de préserver votre équilibre de vie malgré toutes ces visites à l’hôpital. Il s’agit d’une étape où plusieurs proches se demandent comment le retour à la maison se déroulera et comment ils sauront s’adapter à tous ces changements.

Besoin d’un rappel sur ce qu’est un AVC?

Un accident vasculaire cérébral [AVC] est une blessure soudaine au cerveau. Un AVC peut être causé par un saignement incontrôlé dans le cerveau ou par un caillot qui bloque la circulation du sang dans le cerveau. Dans les deux cas, l’apport en oxygène est limité dans la région du cerveau atteinte par l’AVC, ce qui provoque la détérioration ou la mort des cellules cérébrales de cette région. Les impacts d’un AVC dépendent de la région du cerveau qui a été atteinte et de l’ampleur des dommages causés au cerveau.

Cliquez ici pour visiter le site de la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC afin d’obtenir plus d’informations au sujet des causes, des types, des symptômes et des séquelles d’un AVC.

Y a-t-il du nouveau dans le traitement de mon bras à cette étape de la réadaptation?

Plusieurs personnes qui ont subi un AVC ressentent une faiblesse musculaire [hémiparésie] ou encore une paralysie [hémiplégie] d’un côté de leur corps. Ceci affecte leur capacité à utiliser leur bras de ce côté du corps. Une faiblesse musculaire ou une paralysie peut rendre difficile la réalisation des activités quotidiennes.

À cette étape, la réadaptation vise particulièrement à améliorer l’utilisation du bras ou de la main atteinte. Ainsi, la personne pourra reprendre la réalisation de certaines activités quotidiennes comme l’habillage, le bain et les soins de beauté, l’usage d’ustensiles lors des repas, la participation au travail ou encore à des activités de loisirs, etc.

À cette étape de la réadaptation, certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer la fonction au niveau du bras. 

Il s’agit de :

La thérapie par contrainte induite

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

La thérapie miroir

L’imagerie motrice

La musicothérapie

La stimulation magnétique transcrânienne répétée [SMTr]

La réalité virtuelle

Y a-t-il du nouveau dans le traitement de ma jambe à cette étape de la réadaptation?

Plusieurs personnes qui ont subi un AVC ressentent une faiblesse musculaire [hémiparésie] ou encore une paralysie [hémiplégie] d’un côté de leur corps. Ceci affecte leur capacité à utiliser leur jambe de ce côté du corps. Une faiblesse musculaire ou une paralysie peut rendre difficile la réalisation des activités quotidiennes.

À cette étape de la réadaptation, certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer la faiblesse au niveau d’une jambe.

Il s’agit de :

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

La thérapie miroir

La musicothérapie

Le renforcement musculaire

Le programme de réadaptation peut également inclure des activités pour améliorer les habiletés à la marche.

Certaines thérapies se sont montrées efficaces pour améliorer les habiletés à la marche.

Il s’agit de :

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

L’entraînement de la démarche

L’entraînement orienté sur la tâche

Un professionnel de la santé pourrait également prescrire une aide technique à la marche. Une aide à la mobilité tel un cadre ou un bâton de marche, un déambulateur ou un fauteuil roulant peut favoriser la récupération de la capacité à marcher en plus d’encourager l’indépendance.

video

Watch this video

Y a-t-il du nouveau dans le traitement de l’équilibre à cette étape de la réadaptation?

Les impacts d’un AVC (hémiparésie, atteintes perceptuelles, héminégligence) ou encore les effets secondaires des médicaments peuvent affecter l’équilibre à plus long terme. Plusieurs semaines ou mois après leur AVC, certaines personnes vont se sentir toujours instables lorsqu’elles changent de position (se lever du lit ou d’une chaise), marchent sur un sol inégal (jardin) ou empruntent un escalier.

Afin d’améliorer l’équilibre, un professionnel de la santé pourrait recommander les interventions et stratégies suivantes au cours de la réadaptation :

Exercice aérobique

Entraînement spécifique de l’équilibre, par le biais d’activité tels la thérapie en piscine, des exercices d’équilibre sur plateforme et du tai-chi

Entraînement sur tapis roulant avec soutien du poids corporel

La stimulation électrique fonctionnelle [SEF]

L’utilisation d’un positionnement sécuritaire

L’utilisation d’aides techniques pour les déplacements et les transferts d’une position à une autre

Pourquoi les professionnels de la santé prescrivent-ils des aides techniques à la suite d’un AVC?

Les aides techniques sont des équipements conçus pour faciliter la réalisation des activités quotidiennes. Un professionnel de la santé peut recommander une aide technique lorsqu’une personne quitte l’hôpital et retourne à la maison pour l’aider à retrouver son indépendance au quotidien.

Pour plus d’informations sur les aides techniques, cliquez ici.

Y a-t-il du nouveau dans le traitement de l’aphasie à cette étape de la réadaptation?

Les difficultés langagières et de communication (aphasie) sont fréquentes chez les personnes qui ont subi un AVC du côté gauche de leur cerveau. Les difficultés à lire, à écrire, à trouver le mot juste ou encore à comprendre ce que les autres disent peuvent demeurer présentes longtemps après l’AVC.

Certaines thérapies  se sont montrées efficaces pour traiter l’aphasie à cette étape de la réadaptation.

Il s’agit :

La stimulation magnétique transcrânienne répétée [SMTr]

La stimulation transcrânienne à courant direct (tDCS)

Cliquez ici afin d’obtenir plus d’informations sur l’aphasie.

Pour plus d’informations au sujet des symptômes, du diagnostic, du traitement ou encore pour obtenir des conseils sur l’aphasie, consultez Aphasia Institute of Canada. Veuillez cependant noter que ce site est disponible en anglais seulement.

Pourquoi l’incontinence urinaire est-elle associée à l’AVC?

L’incontinence urinaire peut être le résultat direct de l’AVC, une conséquence secondaire à l’AVC liée à des difficultés motrice, langagière, cognitive ou de sensibilité, par exemple, ou encore un effet secondaire de certains médicaments. Dans la majorité des cas, l’incontinence urinaire peut être soit traitée ou gérer.

Cliquez ici pour obtenir plus d’informations sur l’incontinence urinaire.

Est-ce que la dépression est fréquente à la suite d’un AVC?

La dépression est très fréquente à la suite d’un AVC. Un AVC peut endommager certaines parties du cerveau responsables de nos émotions. Sans oublier qu’il s’agit d’une condition majeure qui bouscule la vie d’une personne de façon importante. Les activités quotidiennes deviennent très difficiles et demandent de grands efforts. Certaines personnes ne peuvent plus réaliser leurs activités préférées. Ces changements peuvent donner lieu à des sentiments de tristesse, de déprime et des sautes d’humeur. La dépression doit être traitée, car elle peut nuire à la récupération.

Cliquez ici afin d’obtenir plus d’informations sur la dépression post-AVC.

Quelles activités de loisirs peut-on faire après un AVC?

Les séquelles d’un AVC peuvent rendre plus difficile la reprise de certains loisirs, sports et activités que l’on aimait. Cependant, les activités de loisirs sont essentielles à notre bien-être et notre qualité de vie. Les activités sociales et de loisirs nous aident à maintenir et à améliorer notre santé physique et mentale et, du même coup, favorise le processus de récupération. Les professionnels de la santé peuvent favoriser la reprise de ces activités en offrant un support aux individus pour retrouver leurs habiletés motrices et cognitives, pour adapter les activités ou encore pour trouver de nouvelles activités. Dans certains cas, des aides techniques peuvent faciliter la réalisation d’une activité de loisir.

Cliquez ici pour plus d’informations sur l’importance des loisirs et de la participation.

Est-ce que je peux conduire une voiture après un AVC?

Certaines personnes peuvent également éprouver des difficultés à reprendre la conduite automobile à la suite d’un AVC. Les effets de l’AVC peuvent affecter les habiletés requises pour conduire une voiture. Les professionnels de la santé peuvent offrir un programme de réadaptation visant la reprise de la conduite automobile.

Cliquez ici pour plus d’informations sur la conduite automobile à la suite d’un AVC.

Et la famille, les proches?

Un AVC est un événement stressant pour la personne et ses proches. Une bonne connaissance de l’AVC peut aider les membres de la famille et les proches à traverser cette période difficile et mieux soutenir la personne atteinte. Plusieurs types de ressources sont disponibles. Les informations écrites, les groupes de soutien et d’informations ainsi que les professionnels de la santé peuvent tous être utiles pour accompagner les personnes qui ont subi un AVC et leurs proches.